Auteur Sujet: SOUVENIRS, SOUVENIRS …  (Lu 1107 fois)

Hors ligne Loki

  • Auteur(e)
  • Messages: 174
  • Où il y a une volonté il y a un chemin
SOUVENIRS, SOUVENIRS …
« le: 08 oct. 2017, 10h23 »
Souvenirs d’enfance
Et de jeunesse,
Souvenirs des premiers chagrins
Et des  premiers émois.
Souvenirs illuminés de joie
Ou teintés d’amertume.
Souvenirs, souvenirs,
Que reste-t-il des souvenirs d’antan ?

Le plus souvent ils demeurent enfouis
Dans l’épaisseur des jours
Ou dans l’obscurité profonde de la nuit.
Ballottés dans la traîne du temps
Ils s’effritent, se délitent
Avant de tomber en poussière.

Certains se sont évanouis
Dans les brumes matinales.
Transis de froid
Ils se sont dilués
Parmi les pluies d’automne.
La grisaille du soir
Les a estompés
Jusqu’à les faire disparaître.
Ils ont rejoint les nuages.
Puis se sont perdus
Dans l’infini du ciel.

Il en est d’autres
Qui se sont retirés
Comme la mer se retire.
Emportés par le ressac
Bousculés au gré des courants
Ils dérivent
Épaves parmi les épaves.

Flétris comme des fleurs fanées
Livrés aux caprices du vent
La plupart se sont éparpillés,
Chassés, balayés
De porte en porte.
Le message dont ils étaient porteurs
S’est perdu en cours de route.
Résidus d’un passé oublié
Ils sont condamnés à errer
Sans but
Sans fin.

De temps à autre,
Au moment le plus inattendu,
Quelques-uns font leur réapparition,
Méconnaissables,
Brisés à jamais.
À peine un fragment,
Brut, rugueux,
Difforme.
Tout juste un éclat
Taillé dans le vif
Jaillissant tel un éclair
Dans le noir de la nuit.

D’ailleurs, c’est dans nos rêves
Qu’ils s’invitent le plus souvent.
Vagues fantômes du passé
Égarés sur la scène du présent.
Ombres lointaines,
Incertaines.
Formes mouvantes,
Ondoyantes,
Profondément troublantes…

Hors ligne zebulong

  • Auteur(e)
  • Messages: 415
Re : SOUVENIRS, SOUVENIRS …
« Réponse #1 le: 08 oct. 2017, 13h25 »
Si je m'étais douté que tu fusses poète, j'eusse veillé à ce que tous le sussent. 
Merci de cette partie d'automne

Hors ligne Hermanoïde

  • Auteur(e)
  • Messages: 851
  • Auteur
Re : SOUVENIRS, SOUVENIRS …
« Réponse #2 le: 08 oct. 2017, 19h44 »
J'adore !
Comment être si touchant avec des mots si simples ? C'est vraiment pour moi la marque d'un vrai talent.

Et comme dans ton texte précédent, c'est parce que j'ai beaucoup aimé que je me permets deux ou trois suggestions que tu prends ou que tu laisses, selon ton feeling ou après d'autres avis plus autorisés que le mien. Bref, je m'autorise quand même !!!
  • Je ne trouve pas que la ponctuation soit nécessaire. Ces point brisent pour moi inutilement le rythme nostalgique du poème.
  • "Que reste-t-il des souvenirs d'antan" m'est apparu presque comme un pléonasme., et cela me rappelle le trop connu "Mais où sont les neiges d'antan" (F. Villon)
  • "Le message dont ils étaient porteurs" me paraît un peu lourd... "Le message qu'ils portaient" ? (plus facile à dire à haute voix)
  • Même chose, mais dans une moindre mesure pour moi, pour "Quelques-uns font leur réapparition"...  
    réapparaissent, reviennent, ressuscitent ?

Ces remarques liminaires étant faites, j'en redemande ! Encore !

Hors ligne Purana

  • Auteur(e)
  • Messages: 775
Re : SOUVENIRS, SOUVENIRS …
« Réponse #3 le: 09 oct. 2017, 19h34 »

Dans la première strophe, écrite efficacement, l'auteur annonce le sujet de son texte.
Le dernier vers de cette strophe présente le "but de l'étude" en posant une simple question: "Que reste-t-il des souvenirs d'antan ? ".


C'est une introduction méticuleuse !

Ce qui suit, est décrit avec la délicatesse d'un cœur poétique alpha et la précision d'un cerveau bêta.
La réponse à la question est bien pesée et organisée de manière cohérente et systématique, toujours en respectant la musicalité et le langage métaphorique de la poésie libre.

Les souvenirs sont classés en trois catégories. Les deux premiers sont ceux qui disparaissent pour ne jamais revenir :

- Enterrement (immédiat) suit par "tomber en poussière"
- Disparition progressive après avoir été dilués au fil du temps.

Le dernier groupe est persistant :

- Les nomades, les "Épaves parmi les épaves", "condamnés à errer".
De temps en temps, ils reviennent soudainement de nulle part "Jaillissant tel un éclair dans le noir de la nuit".
Ce sont ces types troublants qui peuvent devenir des cauchemars terrifiants.

Oui, j'aime l'ordre et le travail systématique.
Je dois avouer que face à la précision, mon propre côté bêta est déclenché pour vérifier l'entrée des données et l'analyse des résultats. :(

Il me manque le quatrième groupe.
Les souvenirs qui traînent et qui sont toujours présents ; ceux dont les visages d'origine ont subi une métamorphose pour nous faire plaisir ou pour nous maintenir dans un état d'anxiété chronique. Ceux qui pénètrent notre existence de telle sorte que nous ne semblons plus être ce que nous étions.
Au cours des années, ils deviennent doux comme les souvenirs de Maman avec une personnalité si forte que nous nous pensons qu'il s'agit de Baba.
Parfois, nous sommes alternativement Maman ou Baba.

Rien de moins digne de confiance que la mémoire !

Merci, Loki.
J'ai vraiment beaucoup aimé lire ton poème.


P.S. Moi non plus, je ne trouve pas que la ponctuation soit nécessaire.