Silures
Bonjour Invité

Silures

  • 3 Réponses
  • 262 Vues
*

Hors ligne bleuterre

  • 423
  • Auteur
Silures
« le: 27 mars 2018, 17h00 »
Sous les ombres du limon
 Nous rampions à tâtons
 Sur nos corps sans écailles
 L'eau des fleuves nous lavaient
 De nos incertitudes
 
 Epidermes assoiffés de consolations
 En poussées sismiques
 Delavés par le sang
 Des naissances immobiles
 
 Le vent ne nous atteignait point
 Ni les pluies
 Ni les lignes des pêcheurs
 
 Qui a greffé nos ailes ?
 Nous les sentions pousser
 Sous les coulées de vase
 Prenant racine
 Dans nos muscles dorsaux
 Dans nos courbatures de nuit
 
 Le sous sol des larmes
 Nous à propulsés
 À la surface des flots
 Nos yeux ont souffert la lumière
 L'incroyable lucidité des photons
 En bataille rangée
 
 Nous étions collés
 Au bitume de nos peaux
 Espérant l'éternité
 Le ciel nous a noyés
 Nous offrant des vitraux d'écailles
 Mandorle invisible
 Dont nous étions la proie
 
 Les cils de nos nageoires
 Se sont affolés
 À la croisée des regards
 
 Nous sommes devenus
 Le brin d'ADN
 Perdu dans l'azur
 Les macromolécules
 De nos orgasmes
 Ont giclé sur les vitres
 De l'horizon
 
 De ma chaise de solitude
 J'aperçois les silures
 Prisonniers des étoiles.

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 840
  • Auteur
Re : Silures
« Réponse #1 le: 28 mars 2018, 03h38 »
J'avoue que cete histoire de silures me fascine. et cela me fait penser à la caverne de Platon, où l'on reste dans une pénombre confortable qui n'est qu'une représentation pervertie du réel, et à l'éblouissement ressenti quand on tente d'en sortir pour devenir, peut-être alors, prisonniers consentis des étoiles ?

Bon, mais je dis ça comme ca !
Probablement un régal de psychanaliste, ce texte !

*

Hors ligne Mayavril

  • 611
  • Bonheur d'écrire et de partager !
Re : Silures
« Réponse #2 le: 19 mai 2018, 00h39 »
Merci pour cette délicate mise en scène
D'émotions furtives comme des ombres ombelliferes

*

Hors ligne JAJ

  • 18
Re : Silures
« Réponse #3 le: 19 mai 2018, 02h24 »
Hey ! Bravo pour ce poème !
J'avoue que (c'et tout bête mais c'est le cas), j'ai aimé l'utilisation de l'imparfait, que je trouve rarement dans les poèmes que je lis. Et j'aime beaucoup l'association entre "organique" (avec les parties du corps, le sang, etc.), sentiments (les incertitudes, etc.) et nature (limon, pluie, etc.).