Salut Gallotta
Bonjour Invité

Salut Gallotta

  • 0 Réponses
  • 542 Vues
*

Hors ligne Mayavril

  • 615
  • Bonheur d'écrire et de partager !
Salut Gallotta
« le: 23 janv. 2016, 22h45 »
  Le 21 Janvier 2016

 

 
Mon cher Jean Claude

 
Choqué
Avant d'aller à l'échafaud
Je t'écris
Car m'a-t-on dit
Tu t’intéresses à mon histoire,
À mon intime vie,
Tel que Camus l'a écrite
Il y a longtemps déjà !

 
Murmure de cinglé contre le mur du chaos.
Nuit d'étoiles sur le toit au lait de la ville.
Les raisins du voisin
Insulte le chien de l'humain
Mon voisin Mouloud
Son chien
Au cou tendu
Quand il est battu
À la même heure de la journée
Lors de la même promenade.

Ma mère est morte.
Je suis coupable
 Parce que je ne sais pas
À quelle heure ni quel jour exactement
Elle est décédée !
Je n'y étais pas.

Mon patron à qui j'ai demandé
Un jour de congé
Pour aller à l'enterrement de ma mère
Ne m'a pas fait ses condoléances.
Cela dérange mon patron
Que je quitte le travail pour m'en aller à l'enterrement
De ma mère.
Il me fera ses condoléances à mon retour


La dune de sable divague
En réfléchissant la danse des chameaux.
Très loin j'entends les chacals.

Je frissonne dans mon costume de deuil
Que je porte pour m'en aller au cimetière.

Je me demandais qui ma mère avait aimé.
Une femme !
Je m’intéressais à la femme qu'elle avait  été.
Nos mères nous échappent.
Elles sont nos mères
Et des étrangères en matière de relations amoureuses !

L'essentiel de l'étranger de Camus
A été bien rendu par tes danseurs
"Racheter la mort des gestes"
L'inessentiel
De ma vie ordinaire
Un moment important de mon passage ici bas
Ma condamnation pour m'être défendu
En tuant l'Arabe au couteau
De la plage
D'avoir tué
Sur ma terre d'Oran et d'Algérie.

 
Bien à toi
Meurseault