.
Bonjour Invité

.

  • 8 Réponses
  • 1365 Vues
.
« le: 22 janv. 2018, 15h29 »
.

*

Hors ligne Itteranum

  • 524
  • "Qui ne se bat pour l'Amour le voit passer"
Re : L’icône.
« Réponse #1 le: 22 janv. 2018, 20h29 »
Tiens cela me fais penser à l'un des miens : Je me permets donc :

Du Corbeau :
Je ne peux tolérer la bêtise que quand elle est souhait
La mémoire n'est volatile que pour d'autres espèces
De l'ennemi des sagesses nous faisons noir brouet
Faisander un poème n'est qu'un vain mais joli mets ...

Du Corbeau à cachée sous la tulle, il n'y a qu'un repas ...


Finalement ...


Que l'on laisse mûrir ou pas ? Une simple question du nid ...
Pendu en douze est souvent suspect mon Amour ...
Sous le Soleil il mûrit, certes, et douceâtre nos appetits ...

Effluve, et donne intérêt soudain, au pourtant pâle du jour défunt  ...


Mai est fort lointain, mon doux et bel ami, l'hiver est ...

Et le petit encore lointain ...

On le mange et ce soudain ?
...

.
« Réponse #2 le: 23 janv. 2018, 14h47 »
.

*

Hors ligne Purana

  • 803
Re : L’icône.
« Réponse #3 le: 24 janv. 2018, 00h39 »

Une belle et pittoresque description de cette jeune femme.

C'est doux avec beaucoup d'amour tendre envers cette "lovely lady".


@ Itteranum : j'étais contente de ton retour quand j'ai eu l'alerte de ton commentaire sous le texte de notre Tanagra.
Tu ne vas pas me décevoir, n'est-ce pas ?
J'espère que nous ne sommes pas encore une fois en train de nous heurter à cette épidémie agaçante de commentaires poétiques.

Je sais que si tu voulais, tu pourrais écrire de bons commentaires.

Au plaisir de te lire,
Purana

*

Hors ligne Itteranum

  • 524
  • "Qui ne se bat pour l'Amour le voit passer"
Re : L’icône.
« Réponse #4 le: 25 janv. 2018, 12h43 »
J'entends,
Charabia doit venir d'une incomprehenssion de sens et de forme sans doute...
Chacun de nous écrit avec les couleurs qui sont siennes... En sa palette finalement il ne s'accorde pas forcément, en ses specificités de choix de tons et de saveurs donc, avec toute les humeurs des autres receptacles voisins... Protégeant nos connections diverses accordées ou pas à la lecture et la création poétique ou pas du moment quand ils ne dirigent pas le quotidien de nos vie et la gestion de nos et humeurs ceux-ci ne sont toujours ouvert au langage autre.
Je ne sais ce que tu projetes en cette humeur agresive, mais saches que je ne suis que reactif en ce que je lis et couleurs que je reçois, ce "en passant" comme en mes habitudes : On ne se connait pas (à ce que je sache), et je n'ai projection d'intention ou de "fantasme" geek et donc désolé si mes interventions provoque en toi un "inconnu" que je ne peux forcément que peu comprendre ... Visiblement mes formes et choix de langages t'horripile, ce qui semble être un fait certain, je m'abtiendrais donc à l'avenir, n'étant ici pour être agréssé depuis des défauts d'interprétations.
Et je ne sais pourquoi, donc... Mais ... Néanmoins pour quoi que ce soit donc, ce en un prinicipe de gestion d'un inconnu, et ce en une politesse de principe, je réponds donc ... même si je ne peux tout de même alors (en cet absence de relation donc) qu'être surpris par cette virulence que finalement, alors, j'associe donc à une humeur ou une incompréhenssion de forme. "Alerte" en réaction ... > "Ha bon"... ! Etrange ... (Pour le moins)
(Pour le moins oui; vous devriez logiquement vous l'avouer en un minimum d'emphatie Tanagra quand on ne se connait ni d'Eve ni d'Adam, me semble-t'il ... Mais peu importe ... Mes textes, formes, couleurs, choix vous horripile, un fait, je l'entends donc et je m'abtiendrais donc...)

@ Purana : Alors, d'une part "l'alerte" je ne la comprend pas, ne connaissant pas Tanagra, et n'ayant eu jamais de contact avec elle, je vous invite à relire le texte pour vous demander si elle se justifie de quelque manière que ce soit, vous avouerez quand en la forme et le choix de personnages (deux corbeaux) s'y identifier de quelque manière que ce soit est étrange
(La poésie est dangereuse, écrire est sanguin, le poète peut être un ennemi redoutable en la manipulation des interprétations, c'est pour cela que l'honnète expose et dévoille quelque peu, les couleurs de ses langages...)
2) en train de nous heurter à cette épidémie agaçante...
"épidémie de commentaires ? ?? Tu as vu ma fréquence de connection en ce moment, je passe plus que rarement, est-ce que "épidémie" peut correspondre à "une seule" intevention depuis je ne sais combien de temps, j'en doute...
3) Personelement, je te l'avais déjà dis Purana, je ne me sens pas en droit de critiquer, d'analyser, ou même de conseiller le language poètique d'autrui, je le fais alors, et je partage le "reçu" alors, en un language qui devrait en toute logique, être beaucoup plus cohérent en poèsie, que l'inevitable aspect condescendant qu'aura toujours une critique de texte poètique quel qu'elle soit ...

4) Enfin et tout simplement "heurter" ? ?? Ha bon ... En ce texte ... ?! Et vous savez me dire en quoi vous l'êtes, et même pourriez être, en l'occurence, heurtés ? (Il faut relire alors) (> aide, lien : Les légendes et les langages du Corbeaux)

5) Oui effectivement, comme tu peux le voir, je sais commenter, ce qui est mon métier d'ailleurs, mais je ne me donne pas le droit du rapport à l'élève. Un rapport extrémement présent en les commentaires que moi j'ai pu lire.

Le rapport à l'élève se justifie par la convention "prof-élève" sinon ne se permet pas normalement...

Ne m'en donnant pas le droit donc, je réponds et exprime via commentaires poétiques, la forme de base définie par l'objet même du site...

Mais comme tu vois, ce "à peine" puisque je ne passe pratiquement plus..

Alors la violence de la reaction (violence, le mot se justifie) est étrange ... Et je le fais remarquer simplement donc...

Parce que "épidémie" et "alerte" à mon rytme de fréquentation... ? ?? Ha bon ...

Relisez le texte initial, mon intervention et je serais tout de même ravi (réelement) si vous pouviez développer et ce qui "justifie" et "Alerte" et "épidemie" ... Hormis vos potentielles interprétations faussées ou qui sait "erreur sur la personne" ...

(Jean-Marc Munaretti Belge vivant en province du Hainaut, et donc, à ce que je sache, on ne se connait pas (ce qui pourrait en le cas contraire justifier alors une réaction cohérente à ce texte ...) Ou qui sait... ? Pas moi en tout cas, mais auquel cas vous donnes moyen de le vérifier (Facile sur le net, pro de culture, photos etc au besoin)

Bien à vous,

Jean-Marc.

Re : L’icône.
« Réponse #5 le: 25 janv. 2018, 14h51 »
.


Re : L’icône.
« Réponse #7 le: 26 janv. 2018, 23h16 »
"Les yeux mi-clos
Elle sourie"

pourquoi le subjonctif ici ?

Cette icône est peut-être une image dans un livre, le bas-relief d'un tabernacle, ou la vierge en plâtre d'un calvaire. Pour moi elle est le visage casqué d'un soldat du feu ornant la clé de voûte d'un porche de ma ville.

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 911
  • Auteur
Re : L’icône.
« Réponse #8 le: 31 janv. 2018, 07h50 »
Inès de Castro, la reine morte.