La contrée du poète
Bonjour Invité

La contrée du poète

  • 8 Réponses
  • 220 Vues
*

Hors ligne pierre de silence

  • 910
  • Auteur
La contrée du poète
« le: 04 mars 2018, 05h55 »
de l'écritoire à la forêt
de la forêt à l'étang
de l'étang à la sente
le langage de l'arbre
résonne dans
les doigts du poète

assis sur un promontoire
à contempler le flux de l'eau
errant avec la feuille
et le violon d'automne
imprégné de sanglots
il noie ses mots
sur le parchemin de la mélancolie

*

Hors ligne pierre de silence

  • 910
  • Auteur
Re : La contrée du poète
« Réponse #1 le: 04 mars 2018, 05h56 »
Dois-je laisser ou non le dernier vers qui sonne (non pas comme un  glas pour pasticher Baudelaire) mais comme un refrain qui enferme le poète dans sa contrée ?

Re : La contrée du poète
« Réponse #2 le: 04 mars 2018, 14h48 »
Le terme de "contrée" contient déjà un monde fermé à l'extérieur, sorte de tour défensive contre des étrangers tous plus ou moins barbares ( Brassens dans "La ballade des gens..."). C'est sans doute un des contrastes posé dans le conte de Tolkien pour les enfants, Le Hobbit, entre la contrée et le reste du monde.
En dehors de ce vers répété, ton texte n'est pas d'une poésie affolante, y a des jours avec et des jours sans

*

Hors ligne pierre de silence

  • 910
  • Auteur
Re : La contrée du poète
« Réponse #3 le: 04 mars 2018, 14h59 »
D'accord avec toi mais c'est ce que j’appelle un poème de "circonstance" (dédié à Patrick Chemin en réponse à un de ses textes) et les "images" notamment dans la 2° strophe sont volontairement "banales" empruntées aux thèmes désormais classiques de la mélancolie.  :).
Merci de ton passage et de ton analyse du mot contrée qui m'ouvre des poètes  heu non des portes.

Re : La contrée du poète
« Réponse #4 le: 04 mars 2018, 15h16 »
Ah, d'accord.
Le promontoire pour Lamartine ou Châteaubriand, la feuille, les violons pour Verlaine ?

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 911
  • Auteur
Re : La contrée du poète
« Réponse #5 le: 04 mars 2018, 15h19 »
Bien, bien, bien...
Pour ma part, je supprimerais le dernier, mais aussi le premier vers car je les trouve trop violoneux ; le titre me suffit pour comprendre que j'entre dans un univers privé.
Après ce premier élagage, je chercherais peut-être un autre mot que dé-am-bu-lant qui me paraît un peu long à prononcer. "courant" ? qui convient assez au flux!!! "passant ?
Quant à "sur le parchemin de la mélancolie", je le trouve bien plombant tout de même et je tenterais bien autre chose de plus percutant, de plus inattendu, même si la banalité est ici l'intention.

Pour le reste, j'aime assez l'atmosphère générale, et si tu as tenté une reconstitution d'un romantisme éploré, c'est une vraie réussite !

*

Hors ligne pierre de silence

  • 910
  • Auteur
Re : La contrée du poète
« Réponse #6 le: 04 mars 2018, 16h27 »
@ zebulong oui à Lamartine, oui à Verlaine.

@Hermanoïde : ok pour suppression, pour déambuler je cherche, pour le parchemin .... je vais prendre le temps de la réflexion.

Merci à vous deux.

Re : La contrée du poète
« Réponse #7 le: 05 mars 2018, 15h03 »
Pour mettre mon grain de sel

Personnellement je verrais ton poème quelque peu modifié ainsi :

de l'écritoire à la forêt
de la forêt à l'étang
de l'étang à la sente
le langage de l'arbre
résonne aux doigts du poète

assis sur un promontoire
contemplant le flux de l'eau
brinquebalé telle la feuille
et le violon d'automne
imprégné de sanglots
il noie ses mots
au parchemin de la mélancolie

Qu'en penses-tu?

*

Hors ligne pierre de silence

  • 910
  • Auteur
Re : La contrée du poète
« Réponse #8 le: 05 mars 2018, 15h52 »
Résonne dans/résonne  aux : je vais réfléchir
Idem pour  mots au/mots sur
Brinquebalé bien juste mais trop long comme l'a fait remarquer Hermanoïde.
Telle :  j'évite la comparaison directe, je préfère l'asyndète.
Merci Tanagra de ton passage et de tes suggestions.