Je me souviens de toi
Bonjour Invité

Je me souviens de toi

  • 10 Réponses
  • 2428 Vues
*

Hors ligne Donaldo75

  • 153
  • Le Seigneur est un gars très très occupé
    • Demain est un autre jour
Je me souviens de toi
« le: 24 sept. 2017, 09h44 »
Je me souviens de toi, de tes cheveux bouclés et leurs beaux reflets d’or, dans la cour de l’école, entre traces de craie et poussières d’automne. Tu ne me causais plus, je t’aimais à nouveau, à l’envers à l’endroit de nos cœurs d’artichaut. Nos amours enfantines ont ainsi enflammé nos deux dernières années, de l’hiver au printemps entre les marrons chauds et les fleurs de pommier. Je t’ai perdu un jour sans comprendre pourquoi, à l’aube du collège quand sixième signifiait la fin de la septième et pleins de prétendants en quête de princesses. Ma vie a continué au bon gré des émois de moins belles que toi, dans les jardins publics ou le long du vieux quai, et pour me retrouver en costume nuptial avec une inconnue enceinte de trois mois. J’imagine parfois ton mari, tes enfants dans ta belle maison où tu es la poupée, la mère la confidente d’une horde d’ingrats inconscients de la chance que jamais je n’aurai. Le passé n’est pas simple et souvent imparfait mais bien plus lumineux que mon présent sans toi, un futur antérieur de notre belle enfance. Je referme l’album sur cette note triste, ce souvenir doré et marqué du poinçon des regrets éternels.

*

Hors ligne pierre de silence

  • 910
  • Auteur
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #1 le: 25 sept. 2017, 15h18 »
Oh . Donaldo. De la fiction ou du réel ? Si réel, que la tristesse a dû longtemps te ronger insidieusement pour éclore à l'aube d'une autre vie.
Ah !  ces amours enfantines;)

Re : Je me souviens de toi
« Réponse #2 le: 25 sept. 2017, 15h51 »
Un sanglier aurait pu écrire ça, évidemment nous aurions une vision toute différente des sangliers

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 911
  • Auteur
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #3 le: 25 sept. 2017, 16h18 »
"Tu ne me causais plus..." vraiment un truc de fille ça. Ça ne s'invente pas !

Mélancolique ET nostalgique comme j'aime, et au point que cela me devient difficilement supportable.
Faut pas me remuer comme ça Donaldo, j'ai aussi mes pudeurs et mes boucles brunes.

Tout de même, je me dis... Oh, et puis c'est trop compliqué d'expliquer que camper dans l'onirisme de l'inachevé est plus délicieux que se se frotter à une réalité aboutie. Pas vrai ? Ou serait-ce tout simplement une grande sagesse ?

J'ai aimé "... inconscients de la chance que je n'aurai jamais."

Encore !

P.S. j'aurais peut-être écrit "nos amours (délices et orgues) enfantines".

*

Hors ligne Purana

  • 803
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #4 le: 25 sept. 2017, 18h35 »

Les souvenirs d'enfance ont toujours été une source d'inspiration, souvent douce et touchante.

Celui-ci est très agréable en raison de la simplicité des mots et des phrases employés, surtout dans la première partie.
Cependant, l'ensemble manque de quelques petites choses, du moins pour moi.

La prose poétique donnant l'impression d'être encore plus "libéré" que la poésie libre, suit des règles plutôt strictes qui, néanmoins doivent garder intact l'impression qu'elle est descendue du ciel et que tout ce que le narrateur devait faire était de l'écrire.
C'est pourquoi la fluidité du texte est extrêmement importante.
Il est vrai que la forme doit être celle de la prose. Néanmoins, rien n'empêche l'auteur d'introduire des espaces entre les paragraphes qui, par exemple, parlent d'épisodes différents dans la prose.
On pourrait dire que la fluidité est perturbée à partir du moment où le lecteur ressent le besoin de relire une phrase pour faire le point et se situer dans le temps, dans l'espace ou dans la succession des pensées.

J'ai ressenti cette interruption soudaine de la fluidité plusieurs fois pendant ma lecture de ce texte. Par exemple, je me demandais si "elle" avait ces "cheveux bouclés et leurs beaux reflets d'or" dans sa prime jeunesse ou pendant les "deux dernières années".

Il faut mentionner qu'un poème en prose ne devrait pas raconter une histoire. Il doit être descriptif et le lecteur doit se trouver face à un instantané d'un moment fugitif, une vision fugitive ou un fait fugitif ressenti par l'auteur et transcrit par lui dans un langage très poétique avec des images magnifiques et des métaphores à couper le souffle. En tant que tel, il partage les mêmes règles que celles d'un haïku quoiqu'il puisse opérer dans un lieu plus spacieux.

Après avoir dit tout cela, je tiens à te dire que j'ai aimé lire ton texte qui me semble être un exercice réussi de la musicalité intégrée dans une prose.

Bien à toi,
Purana

*

Hors ligne Donaldo75

  • 153
  • Le Seigneur est un gars très très occupé
    • Demain est un autre jour
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #5 le: 26 sept. 2017, 10h01 »
Merci à toutes et à tous,

C'était mon premier poème en prose.

@pierre de silence: la blonde aux cheveux bouclés à réellement existé; cependant, elle n'est plus qu'un symbole, et ce depuis longtemps.
@zebulong: je n'ai pas bien compris ton commentaire, comme d'habitude dirais-je.
@hermanoide: je vais corriger les amours enfantines.
@purana: je garde précieusement ton commentaire. Je ne retoucherai pas spécialement ce poème, qui était une première, mais je tenterai de suivre tes conseils lors de ma prochaine tentative. Je la posterai ici, ainsi tu pourras me dire si j'ai bien suivi ces principes.

A + tard,

Donald

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 911
  • Auteur
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #6 le: 26 sept. 2017, 10h34 »
Le commentaire de Zébulong, moi je le lis sur le ton de Yann Moix, et je le trouve plein de tendresse.  ::)

*

Hors ligne Donaldo75

  • 153
  • Le Seigneur est un gars très très occupé
    • Demain est un autre jour
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #7 le: 26 sept. 2017, 21h04 »
Je n'avais pas le décodeur.

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 911
  • Auteur
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #8 le: 28 sept. 2017, 08h13 »
À propos de sangliers et pour donner une clé possible, je me dis que Boucle d'Or est peut-être aussi rentrée au couvent ?
Où il est question d'enfance et de sangliers... :)
...
Il était laid : des traits austères,
La main plus rude que le gant ;
Mais l'amour a bien des mystères,
Et la nonne aima le brigand.
On voit des biches qui remplacent
Leurs beaux cerfs par des sangliers.

Enfants, voici des beufs qui passent,
Cachez vos rouges tabliers.
...
(V. Hugo - La légende de la nonne)

mis en musique par G. Brassens :
chanté aussi par Barbara : https://www.youtube.com/watch?v=jx7rheqNvsY
ou par d'autres... una canzone romantesca : https://www.youtube.com/watch?v=SUP1AawUN9U (faut aimer l'italien, et j'aime !)

Re : Je me souviens de toi
« Réponse #9 le: 28 sept. 2017, 22h56 »
Ah oui, pardon pour mes commentaires déphasés, je voulais dire que le texte est tout plein de mélancolie. De cette mélancolie bucolique et singulière d'un cœur étranger au milieu d'une horde. D'où l'idée de sanglier (solitaire) et de forêt.

*

Hors ligne Donaldo75

  • 153
  • Le Seigneur est un gars très très occupé
    • Demain est un autre jour
Re : Je me souviens de toi
« Réponse #10 le: 08 oct. 2017, 12h25 »
Je comprends mieux.
Merci pour l'explication, zebulong.
Et merci pour la chanson, hermanoide, je vais la mettre dans un coin et me l'écouter au calme.