Le Forgemots

Textes => Poésies => Discussion démarrée par: pierre de silence le 29 oct. 2015, 08h01

Titre: Dérive marine
Posté par: pierre de silence le 29 oct. 2015, 08h01


 douce
 l'écorce de vos mains

 dérive lente sur mon dos
 
 
 les voiles ambrées
 volées à Turner
 cherchent la sirène
 abandonnée
 par vos anémones


 vous me bercez
 musique généreuse des vagues
 voiles de désir
 que mes mains répandent
 votre corps se tend
 
 
 vos chuchotis se noient
 dans le roulis de la mer
 explosion
 de tempêtes orgasmiques
 les oiseux planent
 les voiles s'éloignent
 la mer se retire
Titre: Re : Dérive marine
Posté par: bleuterre le 29 oct. 2015, 08h17
Beaucoup de sensualité, je trouve. J'aime vraiment le rythme et les images de ce texte. Je ressens en le lisant à la fois de la douceur et de la fougue. Merci.
Titre: Re : Dérive marine
Posté par: pierre de silence le 29 oct. 2015, 09h24
Merci bleuterre. Oui à la sensualité à la douceur et à la fougue.
Titre: Re : Dérive marine
Posté par: Hermanoïde le 29 oct. 2015, 10h27
Très tactile, très sensuel,... jusqu'au bout des ongles que je sens râper la chair.
Merci pour cet enveloppement de voiles qui m'ensevelit avec la mer.

Je me demande si cet "oiseux" est bien volontaire.
En tout cas, je le ressens comme une étrangeté qui ajoute finalement pour moi quelque chose à ce poème.
Titre: Re : Dérive marine
Posté par: pierre de silence le 29 oct. 2015, 10h59
NON IL FAUT QUE JE CORRIGE :).
Titre: Re : Dérive marine
Posté par: pierre de silence le 29 oct. 2015, 11h00
DIS-MOI HERMANOIDE
CORRIGE OU PAS CORRIGE ?


JE ME FIE A TON "BON SENS" JE LAISSE OISEUX
Titre: Re : Dérive marine
Posté par: Hermanoïde le 29 oct. 2015, 11h26
J'aime assez "oiseux", mais nous attendrons d'autres zavis !  ;)