L'équation de Drake
Bonjour Invité

L'équation de Drake

  • 3 Réponses
  • 142 Vues
*

Hors ligne Loki

  • 191
  • Où il y a une volonté il y a un chemin
L'équation de Drake
« le: 13 mai 2018, 09h22 »
Le titre rebutera sans doute de nombreux lecteurs. Le mot « équation » fait penser aux mathématiques, une science mal aimée. De plus l’Équation de « Drake » ne peut être que le résultat des réflexions stratosphériques d’un prestigieux mathématicien ou physicien.
On aura tort de se fier à ce titre apparemment aride et d’arrêter sa lecture. L’histoire que nous allons conter est profondément humaine.
C’est celle d’un jeune homme de trente ans Victor Le Bellour.
Vous l’aurez deviné sans peine, Victor est breton, il est né à Brest.
Il a fait de brillantes études au lycée de l’Harteloire et comme il adorait les mathématiques il a continué non moins brillamment à l’Université de Bretagne occidentale.
Aujourd’hui il est à Paris à la faculté de Jussieu où il prépare un doctorat.
Bien que ce cursus ne soit pas courant, il n’est pourtant pas exceptionnel, mais ce qui l’est c’est le titre de la thèse de doctorat qu’a passé Victor Le Bellour : « Pourquoi, à plus de 30 ans, n’ai-je toujours pas de petite amie ? ».
Cette question bien des jeunes gens pourraient se la poser, mais ce qui nous a intéressés dans l’histoire de Victor ce sont les réponses qu’il a données.
Malgré sa passion pour les mathématiques, il a toujours eu le désir bien naturel de trouver l’âme sœur. Mais il est passé au deuxième plan derrière ce qui sera la préoccupation de sa vie.
Tant qu’il était au lycée, il n’était pas indifférent à ses camarades filles, mais le désir d’être reçu à un baccalauréat S avec mention était tellement fort qu’il considérait qu’il serait bien temps de trouver une petite amie. Certaines filles de sa classe étaient sensibles à son charme indéniable et à son prestige de bon élève, en vain. D’autres usaient de leurs charmes pour qu’il les aide à rédiger leurs devoirs de math.  Il aurait pu profiter de ces aubaines. Mais comme on l’a écrit, il ne souhaitait pas se détourner de son objectif. À notre avis il avait tort, compte tenu de ses capacités il aurait pu mener en parallèle une vie sentimentale et la réussite de ses études.
Beaucoup de lycéens pensent qu’arriver en faculté, leur emploi du temps sera plus soft et profitent de la nouvelle liberté que leur offre la première année universitaire. Ils sont victimes du couperet des examens de fin d’année. Victor comprit vite que la relative autonomie dont il disposait était un piège et maintint l’effort des années précédentes en sacrifiant les sorties. Les quelques idylles qu’il put nouer à l’Université de Bretagne occidentale aboutirent toutes à des échecs. Ces compagnes potentielles ne supportèrent pas les horaires drastiques que s’imposait le jeune étudiant.
Après l’obtention d’un master, il s’exila à Paris pour préparer un doctorat de mathématiques.
On aurait pu penser que loin d’une certaine austérité de la ville de Brest, arrivé à Paris, « le plus très jeune Victor »   profiterait des opportunités qu’offre la capitale au niveau des musées, des spectacles et des rencontres. Mais cela serait méconnaître le personnage dont nous avons brossé le portrait. Les mathématiques par l’abstraction qu’elles supposent éloignent souvent ses adeptes de la réalité quotidienne.
Mais même chez les purs esprits, les lois naturelles ne peuvent disparaître.
L’âge venant, Victor Le Bellour  ressentait de plus en plus un manque sentimental et c’est sans doute pour cela qu’il avait choisi comme titre pour sa thèse de doctorat : « Pourquoi, à plus de 30 ans, n’ai-je toujours pas de petite amie ? »
Son directeur de thèse avait été surpris par le sujet choisi par son étudiant. Mais ce professeur avait une ouverture d’esprit développée et il était curieux de voir comme cet étudiant manifestement brillant allait traiter ce sujet peu commun !
Il ne fut pas déçu, car Victor décrocha son doctorat avec les félicitations.
Il n’est pas question de développer le contenu de la thèse d’autant que bourrée de statistiques elle n’est pas facilement accessible aux profanes, mais elle eut pour origine cette fameuse équation de Drake dont nous parlons depuis le début de cette histoire. Pour mettre une petite note d’humour dans un sujet, somme toute assez austère, je dirais que les statistiques sont une des sciences les plus inexactes parmi les sciences exactes.
Cette équation a été suggérée par Frank Drake en 1961 afin de tenter d'estimer le nombre potentiel de civilisations extraterrestres dans notre galaxie avec qui nous pourrions entrer en contact. Pour les lecteurs qui voudraient avoir des précisions supplémentaires sur la méthodologie de Drake nous en faisons un résumé en annexe 1. Au terme de calculs savants, Drake avait établi qu’il existerait probablement 10 000 autres civilisations potentielles dans notre galaxie.

L’idée de Victor Le Bellour  a été d’appliquer l’équation de Drake non point au nombre potentiel de civilisations extraterrestres dans notre galaxie avec qui nous pourrions entrer en contact, mais au nombre de jeunes filles susceptibles de lui convenir à Paris.
Le jeune doctorant avait une idée précise de la femme idéale qu’il voudrait rencontrer : une jeune fille âgée de 20 à 30 ans, blonde. Vous voyez qu’il n’était pas trop exigeant. Pourquoi blonde ? Un psychiatre expliquerait que Victor étant brun, il voulait retrouver dans l’être aimé, sa mère qui est blonde.
Le lecteur intéressé trouvera également en annexe 2 un résumé de la thèse de Victor.
Victor aurait dû être très heureux d’être reçu à son doctorat après tant d’années d’effort.
Il le fut sans doute sur l’instant, mais le pot d’honneur passé il tomba dans une profonde déprime.
Apprendre que seules 2 femmes sur 152 000 pouvaient lui convenir était un véritable cataclysme sur ses espoirs sentimentaux. Il était conscient aussi que les statistiques dans leur férocité ne lui donnaient guère plus de chances en étendant ses calculs à la France entière.
Et puis passer d’une effervescence intense à une relative inactivité est une situation qu’il ne sut pas gérer.
Les quelques cours qu’il dispensait à Jussieu n’étaient pas suffisants pour occuper ses journées. Ajouté à cela un véritable écœurement des mathématiques. Les Laplaciens, les équations de Lagrange, le théorème de Green-Ostrogradski, les rotationnels le faisaient presque vomir. Il percevait maintenant la vacuité de sa vie.
Lui qui était sobre se mit à boire. Comme l’oubli engendré par les boissons alcoolisées ne lui suffisait pas, il se mit à fumer du hachich. Malgré tout cela il restait conscient du désert qu’était devenue sa vie. Un jour pendant une période de lucidité il décida de mettre fin à ses jours. Il n’eut pas besoin d’aller loin pour se fournir en drogue dure, les alentours de sa faculté permettent de se fournir largement si on dispose de quoi payer.
Tandis que la drogue diffusait lentement dans ses artères il repensait à Brest, son pont de la Recouvrance, l’avenue de Siam, à ses parents, un instant il eut honte en imaginant le désespoir de sa mère. Mais il était trop tard, le stupéfiant faisait ses ravages. Il quitta le temps et l’espace qui celui-là n’avait rien de vectoriel.
L’histoire aurait pu se terminer ainsi, mais le destin en avait décidé autrement.
Car quelques minutes après l’évanouissement du jeune homme, la porte de l’appartement s’ouvrit, un releveur de la compagnie d’électricité apparut suivi de la concierge.
Il eut l’impression de sortir d’une nuit noire. Ses sens annihilés se remirent à fonctionner. Une odeur pharmaceutique pénétra ses narines, ses oreilles perçurent des battements mécaniques réguliers.
Son bras droit devint douloureux, puis il sentit que quelqu’un lui tenait la main. La pression était d’une extrême douceur. Enfin il ouvrit les yeux. Ce fut comme une fulgurance, jamais un visage de femme ne lui avait paru si beau. Un visage de porcelaine, des yeux noirs et brillants, des cheveux noirs de jais. Et ce sourire qui exprimait toute la douceur du monde. Il sentit que son univers basculait, rempli d’une nouvelle passion !
À mesure qu’il se rétablissait, il put faire une plus ample connaissance avec son infirmière.
Elle était d’origine cambodgienne, elle se prénommait Phkamliah ce qui signifiait « Fleur de jasmin ». Elle avait trente-cinq ans et vivait seule avec une petite fille de trois ans Pruk prohm cheng : « Rosée du matin ».
L’attirance fut réciproque.
C’est un autre homme qui quitta l’hôpital.
Il se mit en ménage avec Phkamliah. Ils vivent heureux tous les trois. Vous pourrez rencontrer Victor, jardinier au parc Montsouris. C’est sûrement le seul jardinier de France, docteur en mathématiques !














************************************************************************
Annexe 1
L’équation de Drake

L'équation est le produit de sept facteurs :
N = R*  X  fp  X  ne  X  fl  X  fi   X  fc  X  L
où :
* N est le nombre de civilisations extraterrestres dans notre galaxie avec lesquelles nous pourrions entrer en contact ;
et :
* R* est le nombre d'étoiles en formation par an dans notre galaxie ;
* fp est la fraction de ces étoiles possédant des planètes ;
* ne est le nombre moyen de planètes potentiellement propices à la vie par étoile ;
* fl est la fraction de ces planètes sur lesquelles la vie apparaît effectivement ;
* fi est la fraction de ces planètes sur lesquelles apparaît une vie intelligente ;
* fc est la fraction de ces planètes capables et désireuses de communiquer ;
* L est la durée de vie moyenne d'une civilisation, en années.
Les scientifiques de nos jours ont de considérables désaccords sur les valeurs possibles de ces paramètres. Les valeurs utilisées par Drake et ses collègues en 1961 sont :
* R* = 10 an?1 ;
* fp = 0,5 ;
* ne = 2 ;
* fl = 1 ;
* fi = fc = 0,01 ;
* L = 10 000 ans.
Ce qui donne N = 10 civilisations en mesurent de communiquer dans la Voie Lactée.











************************************************************************
Annexe 2
Nombre d’habitants à Paris : 2 210 000
Nombre de femmes : 1 190 000
Nombre de femmes célibataires : 152 000

N = R * X  fp  X  ne  X  fl  X  fi   X  fc  X  L

* R* est le nombre de naissances par an à Paris : 2945/2 210 000 =0.0013
* fp est la fraction de femmes : 1 190 000/2 210 000 = 0,54
* ne est le nombre de femmes célibataires : 152 000
* fl est la fraction de ces femmes de 20 à 30 ans : 0,2
* fi est la fraction de ces femmes hétérosexuelles : 0,99
* fc est la fraction de ces femmes blondes : 0.2
* L est la fraction de femmes désireuses de trouver un partenaire durable : 0,5
*
Ce qui donne 2 femmes pouvant satisfaire à ces critères





1

*

Hors ligne Purana

  • 803
Re : L'équation de Drake
« Réponse #1 le: 13 mai 2018, 19h36 »

Comme presque toujours, j’aime la langue que tu emploies : joliment écrit et apparemment mis sur papier sans effort.

Contrairement à ce que tu penses, je l’ai lu d'un trait, attirée par le titre.

Tu écris :

Drake avait établi qu'il existait probablement 10 000 autres civilisations potentielles dans notre galaxie.

Pour une chose déjà établie la probabilité est du passé.
Non, Drake n'a rien établi de ce genre ; il a présenté une équation qui est loin d’être une vérité scientifique puisqu'elle manque de trop de paramètres dont la majorité reste toujours obscure.
Il a été raillé par de nombreux scientifiques, mais aussi passionnément embrassé par le monde de la science populaire.

Victor n'était pas le seul à jouer avec l'équation de Drake :

http://www.slate.fr/story/99949/equation-amour

Mais il est sûrement le premier à être reçu à son doctorat sur ce terrain de jeu.

Bien que rien ne soit tabou dans l’écriture de fantasmes, cela devient inquiétant quand un "docteur en mathématiques" se suicide à cause de ses propres découvertes sur une théorie qui est une extension d'une autre non prouvée.



*

Hors ligne pierre de silence

  • 908
  • Auteur
Re : L'équation de Drake
« Réponse #2 le: 14 mai 2018, 17h44 »
J'apprécie le rythme de l'écriture et surtout la chute.

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 911
  • Auteur
Re : L'équation de Drake
« Réponse #3 le: 18 mai 2018, 09h03 »
On me l'avait bien dit, que les mathématiques menaient à tout... à condition d'en sortir !

Merci d'en apporter une nouvelle preuve dans cette jolie nouvelle aux accents exotiques !