Bonjour Invité

Bienvenue à l’écrit sous toutes ses formes.

Ici s’entremêlent et se cisèlent des textes de votre composition.
Chacun peut lire, écrire, commenter et discuter à sa guise dans le respect de la charte commune !
Fréquence de publication
Afin de maintenir une variété raisonnable sur la page d'accueil ainsi que d'offrir au lecteur la possibilité d'absorber les textes présentés chaque jour, nous vous conseillons d'éviter :
De publier plus d'un texte par jour sous la même rubrique.
De publier des textes de même genre sous des rubriques différentes.
Au plaisir de vous lire.

Une fois inscrit(e), pour publier un nouveau texte, choisissez une catégorie dans la rubrique "TEXTES" du menu, puis cliquez sur le bouton "nouveau sujet" à droite de l'écran suivant.

Si vous êtes membre, vous voudrez peut-être vous présenter et écrire ici quelques mots à propos de vous.

Textes récents

hélium

Jeunes astres de mon coeur
Regardez ce soleil resplendir si haut
Sachez qu’il dépend
De vos regards d’hélium

Ni remords ni regrets

j'ai aimé des hommes
ils m’ont désirée
la croisée des chemins 
s'estompe 
dans l'oubli
les caresses fantômes 
jouent les harmoniques
du passé 
sur ma peau esseulée 
s'écoule le chant de la vie

Toutes directions stellaires...

.

                                              Toutes directions stellaires...

Je me sentais hier
Comme dans un monde à l’envers
Oui j’ai été, pour être sincère
Apeuré par les vents contraires
Avant de dépasser l’atmosphère

Toutes directions stellaires…
Toutes directions stellaires…

Le monde n’a pas été prévenu
Que nos imaginations
Sont libres et sont lumière
Cette fois l’heure est venue
Une poésie est en marche
Libre comme l’air... Libre comme l’air...
Libre comme lumière...

Toutes directions stellaires…
Toutes directions stellaires…

Je me présente :
Tom Astral, en sac à dos
Et au coin du feu

Je plante ici ma tente
Et j’ouvre le hublot
Des regards curieux

Ce soir direction l’Univers
Il parait que son expansion accélère
C’est peut-être le désir de bien faire

Toutes directions stellaires…
Toutes directions stellaires…


Il est déjà minuit passé
Minuit passé et des poussières
Le rêve endommagé
A été réparé, opéré à cœur ouvert

Ce soir pendant la veillée
Destination l’Univers
Ce soir pendant la veillée
On passe un si bon moment sur Terre...

Toutes directions stellaires…
Toutes directions stellaires…


                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Tom Astral

Livres à paraître aux Éditions du Tendre-Cosmos

Livres à paraître aux Éditions du Tendre-Cosmos :


La Lune est-elle un croissant au beurre ?

La bataille qui dura 777 ans

Quelques rêves au pays du rien...

La papillote pas rigolote

Parcours scolaire d'un enfant-robot

Wagons vagabonds sur des vagues

Des vagues dans des wagons vagabonds

Terminus du Temps

Big Bang nous revoilà

La grande explication

Il reste tant d’étoiles à lire


.

Au bonheur des pages

.

Livres à lire absolument !


La nuit est un livre ouvert.
Les étoiles sont un livre en plein ciel.
Chaque mystère de la Terre est un livre à creuser.
Chaque merveille de l’Univers est un livre pour nous éclairer.
L’imaginaire est un livre sans fin.


.

Les grandes parenthèses

Il y a un jour
Je te réponds en poésie
Il y a un jour
Mes mains prennent les tiennes
Il y a un jour
Et toi filant
Par un pan de la nuit…

Il y a la nuit
Et toi filant
Il y a un jour
Il y a un an
Il y a un soir
Il y a cent ans
Aux alentours
Autour de nous filant
Passe le vent
Il passe toujours
Dans les cheveux des insouciants…

Il y a un jour
On se dérobe au fil du temps
Il y a un jour
Souriant, il y a
Aux alentours…
Il y a un jour
Je te réponds en poésie
Il y a un jour
On se sent bien ensemble
Il y  a un soir
D’étoiles sur l’océan
Il y a l’envie
Autour de ça filant
Par un vent de la vie
Il y a la vie
Et nous deux filant
Par un pan de la nuit

Alors
S’il y a un jour
Et un instant
Un jour à prendre
Comme en vélo
Comme un humain dans l’air…

Il y a la vie
Et nous deux filant
Par un pan de la vie
Il y a la nuit
Celle de tous les temps
Il y a la vie
Autour de nous filant
Il y a un jour,
Il y a un soir,
Depuis longtemps,
Et nous retraversant
            Ce simple pan
                           De la nuit…

Terre exposant Lune

.

Terre exposant Lune

♪ La vie nous appartient

L’envie nous prend soudain ♪

Terre exposant Lune

♪ Le vent éclaire le chemin

Le vent nous le rend bien ♪

Terre exposant Lune

♪ La vie le vent s’en revient

Et nous prend par la main ♪

Terre exposant Lune

Lumière exposant brune

Terre exposant Lune

Terre... exposant... Lune...

... Lune... Lune... Lune...

... Lune... Lune...

... Lune...



.

Proses vibratoires

Proses vibratoires

[Ensemble de quinze textes courts]


Il y a longtemps, j’ai écrit sur une page blanche :
« Je suis une vibration... », en réponse au monde d’alors
qui voulait faire les présentations. Ce soir encore,
je me fais modulation du son et de la voix
d’un univers qui me dépasse.

⁓ ≈ ⁓

Arabesques du temps et de l’espace :
elles ressemblent aux serpents
qui se serrent la pince
au lieu de se mordre la queue.

⁓ ≈ ⁓

Cette nuit, la forêt a repoussé sur un tarmac.
Aucun avion n’a pu décoller, à part les avions de papier.
Aucun passager n’a quitté sa planche, à part en se tenant aux branches.

⁓ ≈ ⁓

Ton cœur et ton poème
sont inséparables. Ils partagent
la même respiration.

⁓ ≈ ⁓

Soudain mon corps oscille
entre deux vents
au bout du troisième chemin.

⁓ ≈ ⁓

La nature nous écoute
en se chantant elle-même.

⁓ ≈ ⁓

Ce que dit la poussière à l’Enfant-étoile :
Toi aussi, tu as remis un pied devant l’autre.
Toi également, tu as rêvé sur l’eau.
Toi tout autant, tu as mangé la Terre et son noyau.

⁓ ≈ ⁓

Chante le coucou sur la pendule du temps.
Ami poème, le temps d’un mot, retiens ton souffle.

⁓ ≈ ⁓

Fontaine j’ai bu de ton eau,
à ton tour de me boire.

⁓ ≈ ⁓

Les cerfs-volants sont des vertiges
à portée de nos doigts.

⁓ ≈ ⁓

Une étreinte qui fit le temps.
Une incontenable joie qui fit le big bang.

⁓ ≈ ⁓

De poussière d’étoiles à poussière d’étoiles :
Nos cœurs sont en voyage.
Nos cœurs sont en voyage
et font de nous des êtres humains.

⁓ ≈ ⁓

Sur le terrain de cette nuit, qui es-tu toi poésie
qui porte sur la balance
cette lune à bout de bras ?

⁓ ≈ ⁓

Dans cette zone appelée Imagination
ce n’est plus la terre qui tremble
non, désormais
c’est le mot qui vibre.

⁓ ≈ ⁓

En discutant avec un vent du soir,
celui-ci me parle du Feu.
Je lui dis que le Feu ressemble à un miracle.
La Vie bien plus encore, me réplique-t-il, avant d’ajouter :
Et je ne parle pas du fait que tu m’imagines parler avec toi.



.

Un tout uni

Ce que je cherche dans l'écriture
Est-ce encore au fond
Un tout uni cosmique
Créé par les êtres ?

Face à l'obscur
Je réponds oui.

là-bas un poète

des milliers d'yeux enveloppent le soir
j'endors le chant de la rivière
là-bas un poète endort des anges
lui qui charme les fééries
et envisage l'obscurité

ma nuit sera blanche
à mon grand désarroi
mais les cieux me donneront
leur splendeur feutrée

Laser

Ce poète a intensifié pour moi
les rayons de la lumière
créant la joie

cette planète

Je suis
cette planète d'une galaxie
disparue depuis longtemps
fantôme devenu récit

Feu

Feu qui mange l'invisible
Réchauffe-moi je t'en prie
Laisse-toi aller
Laisse-toi contempler
Absorbe mes fascinations

La prophétie

Le sage énonça la prophétie
sans savoir
sans hésiter
ce fut là son erreur
et vinrent les temps sombres
et les jours de troubles
oui la prophétie disait vraie, en réalité
non, elle n'était qu'auto-réalisatrice
partiellement oubliée par la sagesse en personne.

2022

C'était le goût de la terre
Avec des notes de sel
Un peu de vert dans ma chair
De l'eau, du vin et du miel

Des gémissements innommables
Coupables
Sous les enterrements
De nos errements
Et nous l'aurons bien mérité

Mais quelle longue agonie que voilà
Puisque toujours lumière il y aura
Des sentiments pour rattraper l'effroi
Des jeux pour oublier tout jusqu'à soi

Des friandises sur le chemin
Et des autoroutes
Chante-moi des lendemains
Plein de doutes

Exil

Arraché il se souvient
D'une maison ombragée
Où les noms étaient dispersés
Dans l'identité de la terre

antilope

agile elle lit l'air et la terre
antilope
qui brusquement se dépêche
sous l'astre flamboyant

Évolution temporelle d’urgence

.


Ça-et-là le vent léger effleure les doigts de l’espace. Cela fait maintenant
quelques secondes que l’on s’est dit au revoir. Je pars sans me retourner,
je me concentre, je me déconcentre, je lâche prise. Un flot presque flow
se laisse aller sans frein. Un dernier mot sur la feuille. Fin de l’épisode.
Encore une seconde, une seconde de plus... et voilà... Bientôt, mille ans
auront comme filé en moi. Infinité furtive. Mille ans avant la prochaine
fatigue. Mille ans d’ici le prochain rêve. Mille ans pour assimiler l’info
de la dernière minute, de la dernière heure du dernier jour,
du temps écoulé dans cette sphère de la vie...


.

Infiniment

Les lys côtoient les chrysanthèmes.
S'il y avait de la grandeur
Dans la récolte qu'on essaime
J'étais déjà une meilleure
Version de moi-même.

Le poids dans le ventre s'étale.
Tu avais su sans le savoir
Supporter un peu de mon mal
Soupeser les charbons noirs
De mes vieux dédales.

Et puisque tout aura une fin
Je n'attends finalement rien
En discours seulement.
Je me consumerai sans borne
Vénérerai tout ce qui orne
Tes enchevêtrements
A la seconde où ton sourire
Prendra la voie de mes soupirs
Un bout de ciel
Infiniment.

Encore un peu de temps

Il restait tant à faire
Il m’en restait à t’offrir
Il en restait au ciel ouvert
Qui commençait à s’assombrir

Te prendre dans mes bras et te faire rire…
Te prendre dans mes bras et te faire rire…

Il en restait deux ou trois soirs
Il en reste un souvenir
Le moment était venu d’y croire
Le moment était venu d’agir

Te prendre dans mes bras
Et te faire rire
Te prendre dans mes bras
Et te faire rire…


                                                         Tom Astral


.

Actuellement, ici ou là

Ce n'est pas un phare que je désire
mais la foudre

Ce n'est plus la météorite qui tombe
mais la pluie

Ce n'est pas le chemin qui se tord
mais la pensée

Ce n'est plus le maelström que j'explore
mais la dimension de poche


.

Réseau

Sous les souvenirs
Des tapis de fleurs sauvages
Et les morts d'en haut

Laisser le réseau des mondes
Capter l'image d'un sens

Zones multi-sentiers

Zones multi-sentiers



...à l’origine d’une forêt,
.                 une envie de cabane...
.
.
.           (Les étoiles sont le chouchou
.                        du grand tableau noir
.                 qui attendait la fin du jour.)
 
 
Chaque poème
.         est un plongeoir
.                        pour un plongeon
.                                      de page en page
.                                                       depuis la plage
.                                                                        des rêves…


.                               2 tranches de vies   sur une même tartine
.                                          ça peut faire un bon goûter
.

...les vaches regardent parfois les trains                                          ...la mer et ses rouleaux
           brouter les voyageurs.                                        font parfois les océans compresseurs.


.    Pourquoi                                                      Parfois,
.      ne pas                                               rien de plus danse
.    s’en aller                                          et danse qu’un poème
.  dans la forêt                                               ...
.   pour nager
.     dans les
.    buissons ?

.              Ce matin,
.             un mot valise
.             se fait la malle ouverte
.             aux livres


.          Ce matin, une source tellement inattendue :
.                       les feutres de couleurs
.                                     feront les océans vainqueurs
.                                                 les lacs de rêves et les rivières fantômes
.                                                                                                                      ...

...un vent qui se profile, un vent qui s’installe...                            éveillés poings ouverts
                                                                                                         une poignée de poèmes
               ...les feuilles mortes ou vivantes                                                     de sang humain
                            n’aveuglent aucun courant d’air


.                                                               Une pluie qui commence à tomber...
.                                                                     c’est dommage : le linge
.                                                                                n’a pas fini de sécher.


.              ... j’ai                           sans doute...                     rêvé...
...               j’ai vu                                le feu manger le sable...
...                       et la rosée du matin               déposée sur le magma
.

.                          ...main dans la main...               ...et soudain...

.                             un petit bout d’inachevé
.              heureusement que ton sourire est au complet


...Et voici déjà la fin d’un monde,
  déjà le jour d’après, et déjà
    à la bougie s’éclaire
      un renouveau
      .


Seul un adulte peut se faire virer
        De cette forêt enchantée
Seul un enfant pourra lui reproposer un job.

                             ...au rêve des bois perdus
une forêt qui se téléporte                  à l’intérieur d’elle-même

                J’ai vu l’enfant qui
 a écrit le poème du sage qui
                        a créé les ailes qui
                    font marcher.

  J’ai lu ce même poème qui
             m’a aidé à écrire un poème qui
                           en est sorti             de son papier.

                                                                  Sur l’arbre des possibles,
        ...au rêve des bois perdus...                          de branche en branche,
                                                                                         l’écureuil de la providence


De part et d’autre des Landes...                            De part et d’autre...
                   Voyage dans le voyage                                Rêve dans le rêve

               Une voix me repose   à nouveau
       cette question :                               à quel moment sommes-nous le plus loin de l’aube ?


                                   ...est-ce la fin de l’épisode ?
un peu drôle un peu triste                         un peu enjoué d’un au revoir possible
                    on dit qu’un retour          peut en appeler un autre


                               ...est-ce là le mot de la fin ?
ça y est, c’est fini                       ça y est, on ne se reverra plus
                  ça y est, on ne s’oubliera jamais
   il y a une part d’éternité                             dans nos saluts
                                                      .

                                           Maintenant qu’à la croisée des clairières,
                                   je t’’ai fait mes adieux,
                               je pleure à présent

          et ces arbres s’ils prennent un peu de ma peine
se mettront un jour à pleurer
                              toutes leurs feuilles

et quand à nous nous serons loin                               si loin
          quels seront vos sourires, ô sentiers ?


                    Une voix demande :
Où suis-je moi qui suis poème du vent ?
           Et une autre voix lui répond :
    Bienvenue ô ma sœur,
allons écrire de nos pas
notre liberté
...



.

Souvenirs

                        1

Il y a longtemps, si longtemps,
j'ai vu s'ouvrir en grand le chemin de la nuit
et faire de mon souffle un brin d'air dans les mains du vent,
je me souviens, à ce moment-là,
de m'être senti protégé.




                        2

Il y a longtemps, j’ai vu écrire un mot d’émotion
avec un corps écrié à la craie
sur un grand tableau noir
et j’ai entendu une voix nommer ce mot
‘étoile’.




                        3

Un soir,
me semble-t-il plus ou moins,
j’ai rencontré un chemin sans chemin
et je l’ai emprunté
sans faire le moindre pas.




                        4

Souvenirs...
Souvenirs authentifiés, souvenirs faussés
Souvenirs dégradés, souvenirs restaurés
Souvenirs fatigués, souvenirs sifflotés
Souvenirs sans leurs souliers, souvenirs sans sourciller
Souvenirs sur les sentiers, souvenirs ciselés
Souvenirs masqués, souvenirs déguisés
Souvenirs sauvegardés, souvenirs pour s’éclairer
Souvenirs en rade restitués...
Souvenirs... allégés...


.

lights-of-a-summer-area019-0021.doc

C’est une bougie qui s’allume et se consume
par le bas ; au fur et à mesure de la soirée,
la flamme se fait de plus en plus vive,
alors que la distance entre elle et la terre
s’accroît ; elle monte, gagne en intensité,
et lorsqu’il n’y a plus de cire, elle
continue sa route vers le haut, en
faisant crépiter ce fil, insolite liane
pendue au brasier invisible de la
voûte céleste.



C’est un fil électrique reliant certains
arbres d’une forêt de métal ; la lune
éclaire la clairière encombrée de câbles
et le réparateur a du retard ; rendez-vous
reporté au 31.

.

À quel moment [coécrit avec Noir Arôme]

Les ombres de la peine,
Il me semble les voir
Mais je sais qu’elles ne sont
Que des illusions
Que seule la joie nous guide.

Les ombres de la joie,
Il me semble les voir
Mais je sais qu’elles ne sont
Que des illusions
Que seule la peine nous guide.

La joie et la peine sont des ombres
Nous sommes des ombres
Reste à savoir
À quel moment nous sommes lucioles
À quel moment nous sommes lucides.



                                   Noir Arôme et Tom Astral

Des loups et des hommes

.

Les loups sont des loups.
Les hommes sont des hommes.
Les loups sont toujours des loups.
Les hommes ne sont pas toujours des hommes.
 
Des loups et des hommes... Des hommes et des loups...
 
Des monstres ont tué des loups.
Des monstres ont tué des hommes.
 
Les loups n’étaient pas de ces hommes
qui sont devenus des monstres
en croyant être au-dessus des loups
et en croyant être des hommes.
 
Des monstres ont tué des hommes.
Des monstres ont tué des loups.
 
Des monstres ont fait saigner la chair,
ont fait saigner la terre et les mémoires.
 
Des monstres ont été des hommes.
Des hommes ont été pires que les loups.
 
Des loups et des hommes... Des hommes et des loups...
 
Il y a une part de monstre chez l’homme.
Il y aurait une part d’homme chez le loup.
 
Je ne dis pas
que la sagesse de l’homme est d’avoir été un loup.
 
Je dis à l’homme : ton devoir est d’être
plus que le meilleur de l’homme,
plus que le meilleur du loup.
 
Des loups et des hommes... Des hommes et des loups...



.

Duos gagnants

avec un stylo noir, avec un stylo bleu
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
qui dit duo dit double jeu
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
à pas qui file, à petit feu
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
faire fusionner les styles pour le mieux
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
car écrire avec toi ça rend heureux
et je le dis à l’Univers pour le rendre radieux :
car écrire avec toi ça rend heureux
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux...


.

La pliure du temps

arbre flamme
desséché par la
pliure du temps 
coulure des sentiments
tarie
la peau s'endort en absence 
le désir atone
égaré 
le corps serein s’apaise
au creux des sentes hivernales
les fleurs de neige m’enveloppent

Avis aux passagers, nous prenons de l’altitude

Avis aux passagers, nous prenons de l’altitude


[Sept petits poèmes]

Textes écrits entre 2008 et 2019


Je suis venu vous parler
ce ces histoires en formes de fusées
qui ont été contées hier
à la face du ciel.

                                                    ⁞

si tu te mets à courir
sur la piste d’un tarmac
sache que tu ne seras jamais avion
toi, humain à moteur

                                                    ⁞

Tout à coup,
le ballon entre dans les cages,
l’oiseau en ressort aussitôt,
le terrain de jeu prend son envol,
le match continue
dans les nuages.

                                                    ⁞

un lâcher de ballon
un autre, un autre encore
et tous s’en vont
avec un bout de nous ensemble

                                                    ⁞

Le pollen par le vent est porté,
        de même que la poussière,
et pourtant
la pensée est allée bien plus haut.

                                                    ⁞

Une voix en nous... nous a dit :
Je suis le genre d’oiseau
qui se rend compte qu’il a des ailes
quand il s’est cogné à la lune.

                                                    ⁞

Une seconde bulle flotte et monte jusqu’au ciel
face à la Lune,
face à la Nuit,
pour éclater dans l’invisible.

* Messages récents

[Au coin du feu] Re : Poèmes de quatre lignes par Adarlon Hier à 18:43
[Au coin du feu] Re : Poèmes de quatre lignes par Adarlon Hier à 18:38
[Poèmes courts, haïkus] hélium par Adarlon Hier à 18:35
[Au coin du feu] Re : Poèmes de quatre lignes par Tom Astral 15 août 2022, 08h10
[Au coin du feu] Re : Trouvailles par Tom Astral 07 août 2022, 04h31
[Autres textes] Re : Au bonheur des pages par pierre de silence 04 août 2022, 09h22
[Autres textes] Re : Livres à paraître aux Éditions du Tendre-Cosmos par pierre de silence 04 août 2022, 09h21
[Poésies] Re : Toutes directions stellaires... par pierre de silence 04 août 2022, 09h19
[Poésies] Ni remords ni regrets par pierre de silence 04 août 2022, 09h18
[Poésies] Toutes directions stellaires... par Tom Astral 31 juil. 2022, 23h56
[Autres textes] Livres à paraître aux Éditions du Tendre-Cosmos par Tom Astral 31 juil. 2022, 21h50
[Autres textes] Au bonheur des pages par Tom Astral 31 juil. 2022, 21h44
[Poésies] Les grandes parenthèses par Tom Astral 31 juil. 2022, 05h03
[Poèmes courts, haïkus] Terre exposant Lune par Tom Astral 31 juil. 2022, 03h53
[Poèmes courts, haïkus] Proses vibratoires par Tom Astral 31 juil. 2022, 03h42
[Au coin du feu] Re : Poèmes de quatre lignes par Tom Astral 27 juil. 2022, 23h14
[Poèmes courts, haïkus] Re : Feu par Tom Astral 26 juil. 2022, 21h24
[Poèmes courts, haïkus] Re : Laser par Tom Astral 26 juil. 2022, 21h06
[Poèmes courts, haïkus] Re : antilope par Tom Astral 26 juil. 2022, 05h49
[Au coin du feu] Re : Les listes par Adarlon 25 juil. 2022, 20h54
[Poèmes courts, haïkus] Un tout uni par Adarlon 25 juil. 2022, 20h25
[Poésies] là-bas un poète par Adarlon 25 juil. 2022, 20h20
[Poèmes courts, haïkus] Laser par Adarlon 25 juil. 2022, 20h08
[Poèmes courts, haïkus] cette planète par Adarlon 25 juil. 2022, 20h06
[Poèmes courts, haïkus] Feu par Adarlon 25 juil. 2022, 19h56
[Poèmes courts, haïkus] La prophétie par Adarlon 25 juil. 2022, 19h53
[Au coin du feu] Re : Trouvailles par Adarlon 25 juil. 2022, 19h46
[Au coin du feu] Re : Où Quand Comment par Adarlon 25 juil. 2022, 19h42
[Poésies] 2022 par Tryphon3D 20 juil. 2022, 00h08
[Présentations] Re : Passion des mots par Tom Astral 18 juil. 2022, 01h01