Bonjour Invité

Bienvenue à l’écrit sous toutes ses formes.

Ici s’entremêlent et se cisèlent des textes de votre composition.
Chacun peut lire, écrire, commenter et discuter à sa guise dans le respect de la charte commune !
Fréquence de publication
Afin de maintenir une variété raisonnable sur la page d'accueil ainsi que d'offrir au lecteur la possibilité d'absorber les textes présentés chaque jour, nous vous conseillons d'éviter :
De publier plus d'un texte par jour sous la même rubrique.
De publier des textes de même genre sous des rubriques différentes.
Au plaisir de vous lire.

Une fois inscrit(e), pour publier un nouveau texte, choisissez une catégorie dans la rubrique "TEXTES" du menu, puis cliquez sur le bouton "nouveau sujet" à droite de l'écran suivant.

Si vous êtes membre, vous voudrez peut-être vous présenter et écrire ici quelques mots à propos de vous.

Textes récents

Encore un peu de temps

Il restait tant à faire
Il m’en restait à t’offrir
Il en restait au ciel ouvert
Qui commençait à s’assombrir

Te prendre dans mes bras et te faire rire…
Te prendre dans mes bras et te faire rire…

Il en restait deux ou trois soirs
Il en reste un souvenir
Le moment était venu d’y croire
Le moment était venu d’agir

Te prendre dans mes bras
Et te faire rire
Te prendre dans mes bras
Et te faire rire…


                                                         Tom Astral


.

Actuellement, ici ou là

Ce n'est pas un phare que je désire
mais la foudre

Ce n'est plus la météorite qui tombe
mais la pluie

Ce n'est pas le chemin qui se tord
mais la pensée

Ce n'est plus le maelström que j'explore
mais la dimension de poche


.

Réseau

Sous les souvenirs
Des tapis de fleurs sauvages
Et les morts d'en haut

Laisser le réseau des mondes
Capter l'image d'un sens

Zones multi-sentiers

Zones multi-sentiers



...à l’origine d’une forêt,
.                 une envie de cabane...
.
.
.           (Les étoiles sont le chouchou
.                        du grand tableau noir
.                 qui attendait la fin du jour.)
 
 
Chaque poème
.         est un plongeoir
.                        pour un plongeon
.                                      de page en page
.                                                       depuis la plage
.                                                                        des rêves…


.                               2 tranches de vies   sur une même tartine
.                                          ça peut faire un bon goûter
.

...les vaches regardent parfois les trains                                          ...la mer et ses rouleaux
           brouter les voyageurs.                                        font parfois les océans compresseurs.


.    Pourquoi                                                      Parfois,
.      ne pas                                               rien de plus danse
.    s’en aller                                          et danse qu’un poème
.  dans la forêt                                               ...
.   pour nager
.     dans les
.    buissons ?

.              Ce matin,
.             un mot valise
.             se fait la malle ouverte
.             aux livres


.          Ce matin, une source tellement inattendue :
.                       les feutres de couleurs
.                                     feront les océans vainqueurs
.                                                 les lacs de rêves et les rivières fantômes
.                                                                                                                      ...

...un vent qui se profile, un vent qui s’installe...                            éveillés poings ouverts
                                                                                                         une poignée de poèmes
               ...les feuilles mortes ou vivantes                                                     de sang humain
                            n’aveuglent aucun courant d’air


.                                                               Une pluie qui commence à tomber...
.                                                                     c’est dommage : le linge
.                                                                                n’a pas fini de sécher.


.              ... j’ai                           sans doute...                     rêvé...
...               j’ai vu                                le feu manger le sable...
...                       et la rosée du matin               déposée sur le magma
.

.                          ...main dans la main...               ...et soudain...

.                             un petit bout d’inachevé
.              heureusement que ton sourire est au complet


...Et voici déjà la fin d’un monde,
  déjà le jour d’après, et déjà
    à la bougie s’éclaire
      un renouveau
      .


Seul un adulte peut se faire virer
        De cette forêt enchantée
Seul un enfant pourra lui reproposer un job.

                             ...au rêve des bois perdus
une forêt qui se téléporte                  à l’intérieur d’elle-même

                J’ai vu l’enfant qui
 a écrit le poème du sage qui
                        a créé les ailes qui
                    font marcher.

  J’ai lu ce même poème qui
             m’a aidé à écrire un poème qui
                           en est sorti             de son papier.

                                                                  Sur l’arbre des possibles,
        ...au rêve des bois perdus...                          de branche en branche,
                                                                                         l’écureuil de la providence


De part et d’autre des Landes...                            De part et d’autre...
                   Voyage dans le voyage                                Rêve dans le rêve

               Une voix me repose   à nouveau
       cette question :                               à quel moment sommes-nous le plus loin de l’aube ?


                                   ...est-ce la fin de l’épisode ?
un peu drôle un peu triste                         un peu enjoué d’un au revoir possible
                    on dit qu’un retour          peut en appeler un autre


                               ...est-ce là le mot de la fin ?
ça y est, c’est fini                       ça y est, on ne se reverra plus
                  ça y est, on ne s’oubliera jamais
   il y a une part d’éternité                             dans nos saluts
                                                      .

                                           Maintenant qu’à la croisée des clairières,
                                   je t’’ai fait mes adieux,
                               je pleure à présent

          et ces arbres s’ils prennent un peu de ma peine
se mettront un jour à pleurer
                              toutes leurs feuilles

et quand à nous nous serons loin                               si loin
          quels seront vos sourires, ô sentiers ?


                    Une voix demande :
Où suis-je moi qui suis poème du vent ?
           Et une autre voix lui répond :
    Bienvenue ô ma sœur,
allons écrire de nos pas
notre liberté
...



.

Souvenirs

                        1

Il y a longtemps, si longtemps,
j'ai vu s'ouvrir en grand le chemin de la nuit
et faire de mon souffle un brin d'air dans les mains du vent,
je me souviens, à ce moment-là,
de m'être senti protégé.




                        2

Il y a longtemps, j’ai vu écrire un mot d’émotion
avec un corps écrié à la craie
sur un grand tableau noir
et j’ai entendu une voix nommer ce mot
‘étoile’.




                        3

Un soir,
me semble-t-il plus ou moins,
j’ai rencontré un chemin sans chemin
et je l’ai emprunté
sans faire le moindre pas.




                        4

Souvenirs...
Souvenirs authentifiés, souvenirs faussés
Souvenirs dégradés, souvenirs restaurés
Souvenirs fatigués, souvenirs sifflotés
Souvenirs sans leurs souliers, souvenirs sans sourciller
Souvenirs sur les sentiers, souvenirs ciselés
Souvenirs masqués, souvenirs déguisés
Souvenirs sauvegardés, souvenirs pour s’éclairer
Souvenirs en rade restitués...
Souvenirs... allégés...


.

lights-of-a-summer-area019-0021.doc

C’est une bougie qui s’allume et se consume
par le bas ; au fur et à mesure de la soirée,
la flamme se fait de plus en plus vive,
alors que la distance entre elle et la terre
s’accroît ; elle monte, gagne en intensité,
et lorsqu’il n’y a plus de cire, elle
continue sa route vers le haut, en
faisant crépiter ce fil, insolite liane
pendue au brasier invisible de la
voûte céleste.



C’est un fil électrique reliant certains
arbres d’une forêt de métal ; la lune
éclaire la clairière encombrée de câbles
et le réparateur a du retard ; rendez-vous
reporté au 31.

.

À quel moment [coécrit avec Noir Arôme]

Les ombres de la peine,
Il me semble les voir
Mais je sais qu’elles ne sont
Que des illusions
Que seule la joie nous guide.

Les ombres de la joie,
Il me semble les voir
Mais je sais qu’elles ne sont
Que des illusions
Que seule la peine nous guide.

La joie et la peine sont des ombres
Nous sommes des ombres
Reste à savoir
À quel moment nous sommes lucioles
À quel moment nous sommes lucides.



                                   Noir Arôme et Tom Astral

Des loups et des hommes

.

Les loups sont des loups.
Les hommes sont des hommes.
Les loups sont toujours des loups.
Les hommes ne sont pas toujours des hommes.
 
Des loups et des hommes... Des hommes et des loups...
 
Des monstres ont tué des loups.
Des monstres ont tué des hommes.
 
Les loups n’étaient pas de ces hommes
qui sont devenus des monstres
en croyant être au-dessus des loups
et en croyant être des hommes.
 
Des monstres ont tué des hommes.
Des monstres ont tué des loups.
 
Des monstres ont fait saigner la chair,
ont fait saigner la terre et les mémoires.
 
Des monstres ont été des hommes.
Des hommes ont été pires que les loups.
 
Des loups et des hommes... Des hommes et des loups...
 
Il y a une part de monstre chez l’homme.
Il y aurait une part d’homme chez le loup.
 
Je ne dis pas
que la sagesse de l’homme est d’avoir été un loup.
 
Je dis à l’homme : ton devoir est d’être
plus que le meilleur de l’homme,
plus que le meilleur du loup.
 
Des loups et des hommes... Des hommes et des loups...



.

Duos gagnants

avec un stylo noir, avec un stylo bleu
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
qui dit duo dit double jeu
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
à pas qui file, à petit feu
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
faire fusionner les styles pour le mieux
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux
 
car écrire avec toi ça rend heureux
et je le dis à l’Univers pour le rendre radieux :
car écrire avec toi ça rend heureux
les poèmes qu’on écrit à deux
les poèmes qu’on écrit à deux...


.

La pliure du temps

arbre flamme
desséché par la
pliure du temps 
coulure des sentiments
tarie
la peau s'endort en absence 
le désir atone
égaré 
le corps serein s’apaise
au creux des sentes hivernales
les fleurs de neige m’enveloppent

Avis aux passagers, nous prenons de l’altitude

Avis aux passagers, nous prenons de l’altitude


[Sept petits poèmes]

Textes écrits entre 2008 et 2019


Je suis venu vous parler
ce ces histoires en formes de fusées
qui ont été contées hier
à la face du ciel.

                                                    ⁞

si tu te mets à courir
sur la piste d’un tarmac
sache que tu ne seras jamais avion
toi, humain à moteur

                                                    ⁞

Tout à coup,
le ballon entre dans les cages,
l’oiseau en ressort aussitôt,
le terrain de jeu prend son envol,
le match continue
dans les nuages.

                                                    ⁞

un lâcher de ballon
un autre, un autre encore
et tous s’en vont
avec un bout de nous ensemble

                                                    ⁞

Le pollen par le vent est porté,
        de même que la poussière,
et pourtant
la pensée est allée bien plus haut.

                                                    ⁞

Une voix en nous... nous a dit :
Je suis le genre d’oiseau
qui se rend compte qu’il a des ailes
quand il s’est cogné à la lune.

                                                    ⁞

Une seconde bulle flotte et monte jusqu’au ciel
face à la Lune,
face à la Nuit,
pour éclater dans l’invisible.

Mare Imbrium

J'y dépose mes plages ternes
J'y dépose moi aussi
Mes vieilles pluies guidant
Les pas de mon ombre
Avant de vous rejoindre

Aube et silence

le silence 
s’est imposé ce matin
le souffle de l’aube 
élancé 
vers les demeures éternelles 

au jardin 
hêtres et buis s’éveillent 

dans le salon
le feu renaît
de ses  braises 
les flammes m’enveloppent 
assises 
mes félines  
m’observent
j'ouvre la porte 
la journée s’accomplira

Chant cosmique

envolé mon chant
égaré dans le chaudron cosmique
comme nos amours
lointaines
mots et sentiments
éparpillés au-delà des étoiles

je suis errance
je suis désert

sur l’écritoire
l’encre a jauni
comme nos photos

Blague saisonnière

L'hiver s'en sort
grâce à son sens de l'humour :
il a interrompu l'arrivée du printemps
avec une blague intitulée " Neige du 1er avril ".

Mangez 5 phrases et volumes par jour

Les enfants mangent à la cantine.
Les galaxies se dévorent entre elles.
Les étoiles attendent l’heure du goûter.
 
Parfois,
Les enfants mangent une étoile.
L’univers recrache un enfant.
L’enfant digère l’équivalent d’un soleil.
Le ciel se dévore des yeux.
 
 
                                              ◊
 
 
Ô grand poème,
Quand seras-tu rassasié ?...
 
Et toi, page blanche :
As-tu jamais ressenti la faim et la soif des mots ?...


.

Obscur récent

Te souviens-tu
de l'ombre d'avant-hier ?
Demande-t-il au soleil
aujourd'hui
disparu.

Partir vers nulle part

Dans l'envolée du ciel
Des nuages métalliques
Sur les villes 
Des poussières 
Et des hurlements
L’innocence atterrée 
S’enfonce dans la peur
Les routes se noircissent
De souffrance 
Les trains se rappellent 
D’autres voyages 
Échappant à l’impensable 
Les lumières s’assombrissent
Les destins se croisent
Tunnel de l'exil 
Sans fin

Flocons de sable

Hiver conté…

La neige a recouvert
Le pays tout entier
Et puis le bout du monde
Et puis enfin le bled…


C’est l’hiver…
Dans mes paupières…

C’est l’hiver…


Hiver conté
Hiver comptant
Ses doigts sont gelés
Sur les autoroutes du temps

L’horloge des jours désaffectés
Et le brouillard confondus
Avec le blanc du paysage

Le reste du monde a disparu
L’été est parti en voyage…


C’est l’hiver…
Dans mes paupières…

C’est l’hiver…


Hiver conté
Hiver comptant
Petite rigueur
Des grands froids
Hiver gelé
Hiver blotti contre toi

C’est l’hiver
Et la morsure du froid
C’est l’hiver
Le décompte des degrés
Et leur glacial constat
C’est l’hiver
Attachez vos ceintures
Rattachez vos températures
Sur le thermostat


C’est l’hiver…
C’est l’hiver…


Flocons de sable
D’un cosmos en sommeil
Toute une part de l’imaginaire
Est en hibernation


C’est l’hiver…
C’est l’hiver…

Papiers glacés

Papiers glacés

[Sept poèmes courts]

Le lotus est comme une flamme très froide
Qui se change en fleur

La glace est comme une brume
Que le temps a endurcie

                                                 *

Tu ne m’auras pas, hiver, pas cette fois
Cette année, j’épouse la forme du froid

                                                 

Même gelée, la rivière chante
Même sans leurs feuilles, les arbres ont chaud au cœur

                                                 

On peut le dire
L’hiver est un très mauvais jongleur
La preuve en est
Tous ces flocons qu’il n’a pas rattrapés

                                                 ⁑⁑

Là-haut sur la montagne, un homme a oublié les étoiles
La neige lui a emprunté ses souvenirs le temps d’un hiver

                                                 

Seuls les songes ont le droit de peindre sur la neige
Cette nuit-là, seule la neige
A entendu cette féérie chanter

                                                 ⁑⁑⁑

La montagne dort à présent
Elle a mis son pyjama en neige.

                                                 
                                                 
                                                  *

Extermine

Que de la vermine
Et des eaux noires partout
Je m'extermine

Un, deux, trois, compter les fois
Où ça en valait la peine

feuilles noires

Encore des feuilles brunes accrochées aux platanes
rue Robert Schuman
Elles attendent le vent
pour finir sur le trottoir
fibres végétales broyées
sous les pieds des passants

Sève lumière bourgeons
avant l’automne
Futur en poussières
mélanges urbains au goût de mort

Il reste une allée dans ma mémoire
bordée d’arbres desquels les feuilles noires pendent

J’attends le vent et sa vie

Presqu’illusion

Les
marionnettes
sans
fil
ont l’air de s’oublier
ont l’aire d’un retrait
sur la pointe des pieds
les
marionnettes
sans
fil
le sont lorsque les yeux
oublient le magicien
tireur de ficelles.

Cardiogramme

Courant magnétique
M'entraine loin de tes rives
Et les rêves suivent

De bas en haut, électriques
Nos cœurs comme l'eau statique

La nature.

La peur, la tristesse, la colère, les pensées nocives et inutiles...
Je les mange, les dévore.
Mais restent-ils des particules résiduelles de ces émotions après ?

Il suffit d'un vent qui fasse bouger les arbres, d'un oiseau qui vole, d'un lac qui brille grâce aux reflets du soleil pour sentir un apaisement, un bien-être parcourir dans tout mon corps.

Je rêve de nature, de paysages d'une beauté à m'en faire revivre.
Être en tête-à-tête avec elle, l'écouter me parler à travers le vent, réfléchir tout en la contemplant, me sentir minuscule face à elle et malgré ça me sentir en sécurité, sereine.
Comme-ci elle me tentait la main pour que je lui refile tous mes démons, toute ma noirceur.

Je ne comprends pas comment les humains font pour se satisfaire d'un tel monde ?
Un monde où la nature n'a que peu de place.
Un monde où l'argent, la perversité et la méchanceté prime.

À vrai dire, la plupart ne sont pas si méchants que ça...
Ils sont justes idiots.
Mais l'idiotie peut être une forme de méchanceté vous savez ?

Je veux juste vivre libre... Libre comme un oiseau.
Mais pas n'importe lequel non...
Comme celui qui ne se fera jamais attraper tellement il est sauvage et rapide.

Mais dans ce monde, la liberté n'est réservée qu'aux idiots qui y croient.

Paris neige-t-il ?

Paris neige-t-il ?
Paris pleures-tu ?
Paris trouve difficile
De s’adresser aux inconnus
 
Paris neige-t-il ?
Paris pleures-tu ?
Neige-t-il sur la ville
Et dans les cœurs et dans les rues ?
 
Paris neige-t-il ?
Paris pleures-tu ?
En souvenir de tes sibylles
Laissées sur les chemins perdus…
 
Paris neige-t-il ?
Paris pleures-tu ?
Paris fragile
Sur sa grande étendue…

Recommencer

Tenir ses promesses
Feindre la fin du monde
Tout recommencer

Convainquez-moi du contraire
Je n'ai rien à perdre à tout faire sauter

Objets d’un tendre cosmos

Objets d’un tendre cosmos
 
[Cinq petits poèmes]
 
La Terre ouvre la porte au soleil
quand les fusées passent par la fenêtre.
 
La Terre ouvre ses portes et accepte
les plus petits météores
et les plus petites comètes.
 
                                            ●  ●  ●
 
Les gouttes d’eau sont la bénédiction des nuages
– elles sont la promesse d’une autre vie
 
                                            ●  ●  ●
 
La Lune est peut-être trop timide pour parler à la Terre,
mais ça ne l’empêche pas de lui tourner autour.
 
                                            ●  ●  ●
 
Console-toi, satellite :
regarde comme le soleil
lui-même console la planète
qui tente elle-même d’apaiser l’espace.
 
                                            ●  ●  ●
 
Où est-elle ?
 
Et celle qui a dessiné ce cosmos
me répond :
 
La nouvelle lune
ne se voit pas avec les yeux
si les yeux ne vont pas plus loin que la nuit.

Neige et cendres

la neige enlace les cendres
effaçant les démons
les étoiles blanches
la nuit envoûtent
le rêveur
à la lune levée
le feu
déracineles chimères
invitationà la douceur

le châle nous attend

Attentes (version bis)

Dans la mer, besoin d'un feu
Sur la terre, besoin d'enjeux
Chez soi, besoin d'avis extérieurs
Il manque un étage à l’ascenseur

Regarder devant
En trouver le sens
Un monde en attendant
Pas la moindre évidence

* Messages récents

[Poésies] Encore un peu de temps par Tom Astral Hier à 23:21
[Poèmes courts, haïkus] Actuellement, ici ou là par Tom Astral 22 juin 2022, 23h59
[Poèmes courts, haïkus] Re : Réseau par Tom Astral 22 juin 2022, 23h56
[Poèmes courts, haïkus] Réseau par Tryphon3D 21 juin 2022, 00h22
[Autres textes] Zones multi-sentiers par Tom Astral 15 juin 2022, 23h55
[Poèmes courts, haïkus] Souvenirs par Tom Astral 14 juin 2022, 23h55
[Autres textes] Re : l'eau tout simplement par Tom Astral 07 juin 2022, 23h52
[Autres textes] lights-of-a-summer-area019-0021.doc par Tom Astral 06 juin 2022, 23h09
[Annonces et événements] Re : Busity, un projet collaboratif par Tom Astral 05 juin 2022, 00h37
[Autres textes] Re : Bases sidérales par Tom Astral 04 juin 2022, 23h55
[Au coin du feu] Re : Les listes par Tom Astral 30 mai 2022, 02h04
[Poésies] À quel moment [coécrit avec Noir Arôme] par Tom Astral 28 mai 2022, 18h04
[Au coin du feu] Re : Nos petits riens par Tom Astral 25 mai 2022, 23h58
[Poésies] Des loups et des hommes par Tom Astral 25 mai 2022, 23h46
[Poésies] Re : La pliure du temps par pierre de silence 23 mai 2022, 06h35
[Poésies] Duos gagnants par Tom Astral 29 avril 2022, 23h05
[Poésies] Re : La pliure du temps par Tom Astral 29 avril 2022, 22h57
[Annonces et événements] Bringuebadin par PierreFrançoisBachelais 23 avril 2022, 11h08
[Présentations] Bringuebadin par PierreFrançoisBachelais 23 avril 2022, 11h02
[Poésies] La pliure du temps par pierre de silence 21 avril 2022, 07h53
[Au coin du feu] Re : Où Quand Comment par Tom Astral 21 avril 2022, 04h59
[Poèmes courts, haïkus] Re : Mare Imbrium par pierre de silence 18 avril 2022, 08h36
[Au coin du feu] Re : Où Quand Comment par Solarmoon 15 avril 2022, 09h47
[Au coin du feu] Re : Il était une fois ... par Solarmoon 15 avril 2022, 09h44
[Poèmes courts, haïkus] Avis aux passagers, nous prenons de l’altitude par Tom Astral 14 avril 2022, 21h59
[Poèmes courts, haïkus] Re : Obscur récent par Tom Astral 14 avril 2022, 21h56
[Poèmes courts, haïkus] Re : Extermine par Tom Astral 14 avril 2022, 21h54
[Poèmes courts, haïkus] Re : Blague saisonnière par Tom Astral 14 avril 2022, 21h52
[Poèmes courts, haïkus] Re : Papiers glacés par Tom Astral 14 avril 2022, 21h51
[Au coin du feu] Re : Il était une fois ... par Tom Astral 14 avril 2022, 21h03