Une suite infernale: retrouver Harrison !
Bonjour Invité

Une suite infernale: retrouver Harrison !

  • 1 Réponses
  • 2623 Vues
*

Hors ligne Mayavril

  • 616
  • Bonheur d'écrire et de partager !
Une suite infernale: retrouver Harrison !
« le: 02 avril 2016, 00h19 »
Cher Jim,

Je t'écris pour te raconter une de mes mésaventures avec toi que je ne connais qu'au travers de tes écrits qui m'ont vraiment
 beaucoup nourri mieux qu'une blédine de ma mère. Et tu l'ignores ! Deux étrangers nous sommes l'un à l'autre tout en habitant
 la même terre susceptible de se fâcher avec tous ses volcans et tsunami. Je te redoutais plus qu'un tremblement de terre !
Oui je t'ai écris à la suite de ma lecture de ta "lettre à Essenine" ce grand poète russe
massacré par Staline qui n'aimait pas les penseurs libres et les poètes authentiques.
 Essenine que je ne résiste pas à te rappeler un de ces merveilleux vers :
La lune est morte,
L'aube bleuit la fenêtre.
Oh nuit, Nuit que m'as tu donc conté ?
Je suis là, en haut -de- forme,
Et à part moi, personne,
,Je suis seul.
Et mon miroir est brisé.                              

  J'ai lu ton bouquin simplement
 parce que je ne savais pas qu'Essenine était mort et comme je cherchais à en savoir un peu plus sur les poètes
 russes, je me penchais sur ta lettre à Sergueï. C'est comme un plat trop chaud que l'on déguste le plus lentement possible
 pour se laisser aller à souffler quand le plat est terminé ! Je finis par comprendre que tu t'adressais à un mort et même plus à une personne
ayant lentement décidé de sa mort en se la donnant. Un suicidé!

Le suicide est blâmé par les catholiques. Le paradis n'est pas pour eux. Chez les communistes je ne connais pas de statistiques dénombrant
 ce phénomènes sous le régime du  petit père des peuples ! Curieusement Essenine avait décidé de sa mort après
avoir vu sa sœur paysanne lire Marx! Il en avait conclu que cela en était fini de la révolution.
Pour revenir à toi, Jim Harrison qui a osé écrire à un mort comme s'il était vivant, que c'est grâce à cette lettre très longue adressée à un mort comme
s'il était vivant qui t'avais permis de ne pas mettre fin à ta vie.
 Toi aussi tu as connu des périodes difficiles et j'en ai été remuée.
 Cela m'a beaucoup remué. Cette communication imaginaire
  t'avait apporté soutien et espérance. A moi également !

Aussi te copiant en tant que mon aîné, je joue coup -double !
T'écrire pour te dire que ta lecture m'a réconfortée et en même temps  te donner à lire ma lettre à ma fille décédée et lui  écrire en même temps,  elle-même suicidée
 comme le grand poète Russe, Éssenine ! Écrire à deux personnes en même temps ou plutôt t’informer  
que je copiais ton idée de converser avec une personne décédée comme si elle était vivante.
 Faire revenir la défunte alors que j'ai vu son cercueil en sapin entrer dans le four crématoire
Et c'est ce que j'ai réalisé. J'ai épinglé mes émotions dans différent poèmes mis en collection dans un recueil
que j'ai appelé "Chante grenouille dans la maison de l'amour". Je devais te faire parvenir ce recueil avec la lettre
que j'y avais glisser pour te faire partager ma poésie et te dire ma reconnaissance que tu es osé aller si loin
 dans ton dialogue avec un mort à qui tu as donné la parole au-delà de sa disparition.

Tenter de comprendre les êtres que nous aimons et qui nous abandonnent en cours de route comme de vulgaires
 cailloux sur la chaussée de la solitude est un autre exercice certes.Leur donner la parole comme à des êtres de chair et
 de sang est extrêmement fascinant. Un potentiel est offert à celui ou celle qui ose; Dialoguer avec une morte ! Oser !
Une morte que j'ai connu ma fille !

Le temps a passé et je n'ai pas pris le temps de t'envoyer mon recueil contenant ma lettre que je t'adressais
 toi  si grand écrivain si respectueux de la vie d'autrui, toi pour t'expliquer ma démarche en droit fil dans ta fidélité.
Ma profonde émotion d'être une personne sans importance m'a conduite à me taire et ne m'a pas incité à t'envoyer le recueil contenant
mes deux lettres l'une adressée à toi et l'autre adressée à ma fille que j'ai écrite en me mettant sous ta protection.

Bien sûr me disais je, que peux tu faire de mon courrier doublé d'un recueil de poésie toi le grand écrivain
 américain. Demande d'intérêt sur ma personne ! Je ne me sentais pas en droit de te faire subir mon intérêt
pour ton écrit et de te demander une réciproque comme à un ami intime avec qui se jouent
 des correspondances secrètes inconnues de nous même !

Et voilà que tu es mort brutalement d'une crise cardiaque hier ! Toi-même tu ne le savais pas ! Trop fort !
Je ne saurai jamais comment tu aurai reçu mon texte et quelle réponse m'aurais tu envoyée écrite
ou oralement au téléphone!
 Parlais tu français? Lisais tu le français? Trop d'effort de faire traduire ma lettre t’introduisant à mon travail
et mon travail lui-même composé de poèmes de ma lettre pour toi et ma lettre pour ma fille décédée .

Je vais envoyé ma lettre à ta dernière adresse celle du cimetière ou tu reposes définitivement
 au gardien du cimetière
 et si tu veux me répondre tu pourras le faire par son intermédiaire.
Ou bien je l'envoie à ton éditeur il saura le faire suivre à ses héritiers,
Sa fille en l’occurrence qui écrit des romans policiers. Énigme de la vie où nous avons tout notre temps
et pourtant où le temps nous est compté comme pour ta mort brutale jeune 78 ans ! Mon père est mort à 90 ans,
ma tante a 102 ans !

Pourquoi pas toi! Tu buvais et fumais c'est vrai .
 C'est une belle mort cette mort brutale sans souffrance sans laisser d'empreinte sur un lit d'hôpital.

*

axium

Re : Une suite infernale: retrouver Harrison !
« Réponse #1 le: 22 mars 2017, 13h42 »
      Je pense que cette affaire relève du domaine clinique - Consulter peut être dites lui d'aller consulter

                                                                                                               Cordialement