Farewell from an old friend
Bonjour Invité

Farewell from an old friend

  • 3 Réponses
  • 1665 Vues
Farewell from an old friend
« le: 28 mai 2017, 13h57 »
Dédicace à Tantale, un vieil ami... et à d'autres piliers de comptoir...

Parrain,

Voilà des mois déjà que notre refuge est parti en fumée. Des mois que tu nous as quittés. Certains ont fui vers une autre demeure. la flamme en leur foyer n'a pas la meme chaleur.
Egarée dans les rues je vagabonde. Rien de ce que j'ai vu n'avait la meme saveur. Je ne cesse de revenir sur nos décombres. Du bout de mon pinceau je ramasse des pierres... seule, il est si dur de les assembler. Avec vous est parti cet élan qui soufflait nos montagnes. Plus rien ne se tient aujourd'hui.
As-tu déjà vu un louveteau perdu errer après sa meute? Je glisse de tout mon corps au milieu des débris, qui dansent autour de moi de se savoir bannis. J'entends encore sous les lambris les chuchotis des confidences. Le grattement de l'encre qui sculpte des allées pavées de pieux et bordées de dentelles. Tous ces échos qui furent mes compagnons ne forment plus que des maux, insoupçonnables.

Parrain, cette lettre, comme toutes les autres, restera sans réponse. J'y souffle les vestiges d'une vie prospère, dans l'attente d'une lueur déchirée aux commissures des lignes.

*

Hors ligne bleuterre

  • 448
  • Auteur
Re : Farewell from an old friend
« Réponse #1 le: 29 mai 2017, 15h33 »
La nostalgie d'une époque révolue, qui laisse vide tous les autres lieux. Souvenirs de liens qui perdurent et donnent froid, malgré le retour d'images et de bruits fugaces. L'appel de celui qui n'est plus là. Comment redonner vie nourrie de tout cela ?
Un plaisir de te lire, petite fleur au gré du vent.
Un très beau texte, sensible.

*

Hors ligne pierre de silence

  • 900
  • Auteur
Re : Farewell from an old friend
« Réponse #2 le: 06 juin 2017, 14h19 »
Merci pour ce texte d'amour et d'amitié contenus dans les cendres d'un compagnon disparu.

Re : Farewell from an old friend
« Réponse #3 le: 01 juil. 2017, 01h59 »
Merci pour votre présence, et au plaisir de vous lire... d'un bout d'un orteil glissé entre deux battements de montre perdus sous les mois