Proxym-Junko, Opale - Episode 2
Bonjour Invité

Proxym-Junko, Opale - Episode 2

  • 2 Réponses
  • 93 Vues
Proxym-Junko, Opale - Episode 2
« le: 21 mars 2018, 01h08 »
Proxym-Junko, Opale.

Episode 2

Départ.

Il est quatorze heures à Londres. Les sept capitaines enclenchent le freinage progressif, pour aborder la sphère d'influence d'Opale sans risques. Pololei de son coté, prépare la correction d'orbite, pour placer le vaisseau dans le même plan de rotation que celui de la planète. Les colons sont tous dans leur lit, harnachés et sous sédatif, pour atténuer les effets du changement de vitesse. La perte de vitesse s'effectue en deux phases, premièrement par extinction des propulseurs, ce qui amène à un tiers de celle de la lumière, l'opération s'effectue en 75 minutes. Deuxièmement la rétro-poussée, qui constitue à rallumer les réacteurs très progressivement, en inversant le sens d'éjection. C'est alors en quarante-cinq minutes que la vitesse descend à neuf mille mètres secondes. Et durant les dix dernières minutes qu'est rectifié la trajectoire.

Seize heures. Les propulseurs sont de nouveau éteints. Seuls les gazouillis du tableau de bord viennent perturber le silence du poste de pilotage. Les derniers voyants clignotent. Seize heures deux, plus un bruit. Les écrans crépitent, s'allument et affichent les résultats : la périapside est à dix mètres de celle prévue, mais l'opération est un succès. Kate soupire, Jolan esquisse un sourire. A seize heure trente, on rallume les propulseurs pour positionner l'Aurora à seize-milles kilomètres du sol. Les colons s’activent maintenant pour former trois groupes d’exploration. L’objectif est de lancer les trois modules d’exploration pour qu’ils cartographient la planète et puissent observer l’environnement avant que les capitaines, les officiers et les représentants de collons choisissent le lieu où sera fondé la première cité. Les groupes d’explorations sont annoncés à dix-neuf heures pour laisser à leurs membres le temps de préparer leurs affaires.

Lors des délibérations, on apprend que seules cinquante-deux personnes se sont portées volontaires pour les trente postes vacants. Si tout l’équipage est impatient de découvrir la surface, tous savent que le poste d’explorateur nécessite de grandes capacités physiques tant le travail est titanesque. A chaque vaisseau est donc assigné un officier biologiste, deux architectes, deux ingénieurs, un médecin magasinier, un cuisinier automaticien, un géographe informaticien, un pilote mécanicien et un garde scientifique pour permettre aux équipages de faire face à toute situation lors des huit prochains jours d’exploration.

Six heures, le lendemain. L’itinéraire, les provisions, les équipements sont chargés. Les explorateurs embarquent. Six heures quinze, prêts au découplage. Daichi lance le compte à rebours, les générateurs des vaisseaux s’activent. Six heures vingt, découplage. Les pilotes maintiennent une poussée minime le temps de s’éloigner de l’Aurora. Puis ils entament une perte rapide d’altitude à neuf cent mètres secondes durant cent quatre-vingts minutes. C’est là que la phase compliquée commence, après trois heures de décente rapide, il faut positionner chaque vaisseau dans une trajectoire qui lui est propre, orienter le profil des appareils pour permettre aux boucliers thermiques d’absorber l’énergie de l’entrée atmosphérique et aux éléments aérodynamiques de stabiliser les vaisseaux.

Dix heures trente. L’Aurora active les canaux de communication. Trois réponses. Descente réussie, les trois modules d’explorations sont en vol stationnaire à dix kilomètres d’altitude, à plus ou moins quinze mille kilomètres les uns des autres. Les examens automatiques confirmant l’intégrité des vaisseaux, il est ordonné aux équipages de continuer à descendre et de chercher un endroit où se poser.
Onze heure sept, appel en provenance du module d’exploration numéro 2 : « Echo, X-ray, Un. S’est posé sur plateau rocheux, Proxym à l’horizon. Reçu ? » Un cri de joie déchire le silence du poste de commandement. Janet répond « Alpha, Romeo, Janet, Reçu et communiqué. Bravo à vous. Reçu ? » « Bien reçu, nous attendons vous ordres. Terminé. » L’échange est retransmis à travers le vaisseau, tout le monde saute de joie, c’est l’euphorie. On attend le retour des autres modules.

Re : Proxym-Junko, Opale - Episode 2
« Réponse #1 le: 02 avril 2018, 09h36 »
Bonjour SpaceFregate,

C'est pas mal comme atmosphère, j'ai hâte qu'il y ait un peu d'action et de suspens, que l'on rentre dans le vif de l'intrigue.

peut-être l'année prochaine ? lol

C'est un roman complet, Courage

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 876
  • Auteur
Re : Proxym-Junko, Opale - Episode 2
« Réponse #2 le: 06 avril 2018, 18h00 »
Palpitant !
Vite ! La suite !