Les trois gerbes de roses
Bonjour Invité

Les trois gerbes de roses

  • 5 Réponses
  • 2038 Vues
*

allier03

Les trois gerbes de roses
« le: 27 juin 2017, 15h30 »
Bonjour, 

J'ai un peu plus de 13 ans et j'écris des romans. 

Je vous met le premier extrait

Merci de m'avoir inscrit.

Cordialement



Bien qu'à ce stade de sa vie où le métier qu'elle exerçait commençait à la lasser, Séverine Applet aimait malgré tout sa profession. Le 29 novembre 1982, l'adaptation du roman « L’être vil » au cinéma donna des frissons au public français. Également - sinon davantage - le 5 décembre. Elle lui procura non seulement ce sentiment étrange mélé de crainte et de satisfaction, parce que c’était le festival de Cannes, mais aussi parce que ce film tiré d’un roman minable, Séverine en avait fait une oeuvre prodigieuse. Le père de Séverine assistait à la première du film comme bien sûr, Delphine Jeunisme, célèbre critique. « Comment une femme à l’air si naturel arrive-t-elle à rendre belles et intéressantes des choses banales et souvent sans intérêt ? Sa mère, j’en suis convaincue, doit être la cause de ce talent ». 
Sa mère Fabiola, maintenant divorcée, vivait à New York depuis plus d’un an. Séverine qui partageait la certitude de Delphine Jeunisme avait froidement ignoré toutes les tentatives des amis et des parents pour les réconcilier. Séverine avait claqué la porte sur son passé et ses souffrances et rien n’allait la faire rouvrir. Son séjour à Cannes s’achevait et Séverine n’était toujours pas parvenue à un accord avec Roger Acadie sur ce qu’elle ferait après le festival de Cannes. Il avait envisagé toute une gamme de possibilités. À un moment, Roger lui demanda si elle accepterait d’adapter le dernier roman de David Alestir. Roger Acadie, remplissait le rôle d'ami, confident, conseiller, ainsi que  producteur pour tous les films qu’elle adaptait.
— Ce n’est pas votre intérêt de payer une si grosse somme pour un roman qui ne passera peut-être pas à l’écran, avait-elle dit sur un ton un peu las.
— Alors faites un film avec un polar de deuxième classe.
Séverine le regarda mi-surprise, mi-méfiante.

*

Hors ligne pierre de silence

  • 1008
  • Auteur
Re : Les trois gerbes de roses
« Réponse #1 le: 27 juin 2017, 16h08 »
heu 13 ans ou 68 ?  humour  ?

*

Hors ligne Itteranum

  • 507
  • "Qui ne se bat pour l'Amour le voit passer"
Re : Les trois gerbes de roses
« Réponse #2 le: 27 juin 2017, 16h14 »
Oui en effet Pierre de silence, c'est surprenant l'écriture aussi, à l'auteur stp, ce serait bien me semble-t'il que tu précises si tu veux bien à ce propos (en relation avec la photo de profil) car la lecture du texte alors, son interpretation peut alors être fort différente (on ne regarde pas un texte de la même manière si l'auteur à 13 ans ou plutôt un age qui correspond à, ici, sa photo de profil ;) ).

Re : Les trois gerbes de roses
« Réponse #3 le: 27 juin 2017, 19h36 »
Impeccable mais trop court, voilà le défaut des pré-ados !

Oh, j'aimerais tant que tu te souviennes ...

De la suite : Un écrivain de second plan voit son œuvre sublimée par une réalisatrice de génie, il s'agit évidemment de sa créature, car comment exister ? Imaginez Prévert sans un Montand pour le chanter, qui s'en souviendrait ?

Allez hop, la suite !

*

Hors ligne Hermanoïde

  • 840
  • Auteur
Re : Les trois gerbes de roses
« Réponse #4 le: 27 juin 2017, 20h27 »
Un peu plus de 13 ans ? Comme moi, alors ?

J'attends les gerbes avec impatience...
à très bientôt, alors ?

*

allier03

Re : Les trois gerbes de roses
« Réponse #5 le: 28 juin 2017, 10h58 »
Bonjour, 

C'était de l'humour, bien sûr. 

Comme le profil l'indique, j'en ai 68.

Merci pour vos accueils pleins de poésie et d'humour.