Auteur Sujet: Le silence vert  (Lu 1414 fois)

Hors ligne Hermanoïde

  • Auteur(e)
  • Messages: 851
  • Auteur
Le silence vert
« le: 23 sept. 2017, 19h34 »
.
De mes mains coule un silence vert, que rien ne trouble, du silence, du silence, du silence. Un silence lourd comme le soir qui vient, un silence silencieux comme le sablier où glisse le sable et qui laisse ma tête vide, ma tête qui ne comprend plus ce fil de l'eau immobile.

Immobiles mes pensées, et immobile ma main, immobiles comme ce silence impressionnant, comme ce silence séculaire et vert dans lequel je me laisse immerger.
Une brise calme caresse les feuilles qui m'invitent en chatoyant doucement au soleil. Un instant, le souffle devient plus fort, un instant mes mains s'agitent dans un rêve de peau, puis redeviennent sages car rien ne peut, rien ne doit bouger dans le silence vert. La barque de mon rêve glisse entre les cardamines et les saules. Les hérons cendrés se taisent, retenant leurs ailes, les insectes sont posés.

Je n'ose pas respirer, mes yeux sont fixes ; l'éternité me touche et me prend.
Un nouveau coup de rame, très lent, un pas léger sur l'herbe fraîche, elle passe.

Je me demande si mon cœur bat encore, si mon cœur va se remettre à battre. Pourquoi ne pas s'arrêter pour toujours, dans ce moment parfait, pourquoi revenir aux paroles, aux gestes, aux regards ?

Et la stase continue dans le silence vert où le temps ne coule plus. Le temps est figé, il attend ; les arbres attendent, la nature attend. Autour de moi tout m'observe ; je suis l'acteur désemparé qui ne connaît pas son rôle, je n'ose plus bouger, même-plus-dire-un-seul-mot, peur de rompre le charme. Je suis la Belle au bois dormant qui vogue, qui s'abandonne dans cet onirisme vert.

Et tout attend, tout attend sans impatience, dans une si parfaite immobilité. Je n'ose pas poser ma main, ou bouger mon bras, je n'ose même pas tourner mon regard ; peur de troubler cette harmonie bienheureuse, peur de briser à jamais le silence vert.

Rien, il ne se passe rien… Étrange et rare moment où seul le rêve est possible et, avec le rêve et le silence, tous les fantasmes de douceur aboutie, une éternité de douceur et de calme. Je pense : "Oui… Prendre le bonheur avant qu'il ne se pose… " Je sais, il faut le prendre et je le prends. Je veux rester pour toujours suspendu dans cette cotonneuse quiétude verte.

Alors, je continue de me taire. Je sais que je dois me taire, fermer les yeux, et puis attendre un nouveau rire, une parole. Une attente d'elle, une attente délicieuse que je prolonge en rêvant encore et encore, en rêvant que je rêve.

.

Hors ligne Purana

  • Auteur(e)
  • Messages: 775
Re : Le silence vert
« Réponse #1 le: 23 sept. 2017, 23h25 »
....
C'est un texte à couper le souffle !

J'ai senti "cette harmonie bienheureuse", cette "cotonneuse quiétude verte" qui domine ce "silence silencieux comme le sablier où glisse le sable".
Tu as créé une atmosphère très particulière où tant de choses se déroulent alors que "rien, il ne se passe rien".

J'aime la façon dont tu as gardé intact le silence en mentionnant à peine cette "elle", d'une manière très indirecte : "un rêve de peau", "un pas léger sur l'herbe fraîche", "attendre un nouveau rire, une parole". Et finalement, "une attente d'elle, une attente délicieuse...".

C'est une "prose poétique" que l'on ne retrouve pratiquement nulle part.
Tout est dit sans un mot de trop.
Je n'ai pas de mots pour exprimer comment je suis impressionnée par ce texte.
Tu t'es surpassé, Hermano.
Je regrette que tu ne l'aies pas mis sous la rubrique "Poésie".

Merci mille fois !

Purana


Hors ligne pierre de silence

  • Auteur(e)
  • Messages: 845
  • Auteur
Re : Le silence vert
« Réponse #2 le: 25 sept. 2017, 15h15 »
J'aurais écrit le Bel au Bois dormant.;)

Hors ligne Hermanoïde

  • Auteur(e)
  • Messages: 851
  • Auteur
Re : Le silence vert
« Réponse #3 le: 25 sept. 2017, 15h56 »
Merci Purana, pour ces louanges que je ne crois pas vraiment méritées.
Je n'ai pas osé mettre cela dans le rubrique poésie.
Oui, j'aime évoquer le rien, j'aime bien aussi les films où il ne se passe rien, juste un charme qui passe.
Tu as le droit de le relire tant que tu voudras !

Pierre de silence : oui, je sais, cela m'a fait un peu drôle d'écrire cela comme ça, mais c'est sûrement un des mes (nombreux) côtés féminins.  8)
J'adore être réveillé d'un baiser. Et qui n'aime pas cela me jette la première pierre ... de silence bien sûr !

Hors ligne zebulong

  • Auteur(e)
  • Messages: 415
Re : Le silence vert
« Réponse #4 le: 25 sept. 2017, 15h58 »
j'en suis muet, j'en suis tétraplégique, adieu, j'en meure.???

Hors ligne Hermanoïde

  • Auteur(e)
  • Messages: 851
  • Auteur
Re : Le silence vert
« Réponse #5 le: 25 sept. 2017, 16h07 »
Assaut de traits d'esprit.
Assez de trop d'esprit. 
La parole est d'argent.

ybtag

  • Invité
Re : Le silence vert
« Réponse #6 le: 25 sept. 2017, 19h05 »
Pour l'amoureux de Jean Renoir que je suis ( amoureux, mais je ne suis, pas Jean Renoir ;D...enfin, je le suis, mais par films interposés), ton immersion dans cette immensité verte rejoint les images de certaines oeuvres du vénéré maître, sa liberté de ton que son "filmage" traduisait". Car il s'agit bien de liberté, liberté de rien faire d'autre que de ne rien faire, de célébrer la nature, de communier, d'aimer, de célébrer aussi la fête des sens, le souvenir d'une peau et de se délecter des plaisirs à venir.
Je t'invite à découvrir ou redécouvrir "Partie de campagne" .

Votre point commun, cette sorte de panthéisme qui invite par les mots ou l'image à dire son amour sans limite pour cette nature qui nous comprend, au propre, comme au figuré.

Un nouveau coup de rame, très lent, un pas léger sur l'herbe fraîche, elle passe. ( à travailler pour livrer sûrement un bel haïku! :-\  

je suis l'acteur désemparé qui ne connaît pas son rôle, je n'ose plus bouger, même-plus-dire-un-seul-mot, peur de rompre le charme ( de la pertinence du parallèle avec le film ! )

Je veux rester pour toujours suspendu dans cette cotonneuse quiétude verte. (moi aussi, quand me saisit un rare moment de grâce pendant lequel je me dépouille de pensées parasites)




@mitiés et merci Monsieur Hermanoïde pour cette scène évocatrice qui se prolonge les yeux fermés, en souriant aux anges....

Hors ligne Hermanoïde

  • Auteur(e)
  • Messages: 851
  • Auteur
Re : Le silence vert
« Réponse #7 le: 26 sept. 2017, 04h22 »
Merci, Ybstag, pour cette déclaration qui me touche fort.
J'avais déjà eu Verlaine, Henri Michaux, Voltaire plus récemment, et d'autres que j'ai oubliés...
J'adore "Partie de campagne", toutes les parties de campagne, et j'accepte Jean Renoir sans vergogne !

Je suis heureux que mon silence vert résonne ainsi avec tes chagrins d'automne.

Merci donc pour cette déclaration, mais pas d'illusion, je dois dire que malheureusement je ne suis pas libre... ;)
Je pars à la palombe écouter jaunir les sanglots longs des vi-o-lons !

Hors ligne tanagra

  • Auteur(e)
  • Messages: 235
Re : Le silence vert
« Réponse #8 le: 11 déc. 2017, 15h26 »
Une douceur, une lenteur, qui sied au silence vert immobile.

Quelle quiétude, "'l'éternité me touche et me prend."


Troublée de son seul pas...


"Le temps est figé, il attend"


De crainte de

" briser à jamais le silence vert."



" Rien, il ne se passe rien…"


"Une éternité de douceur et de calme"

"Fuir le bonheur de peur
Qu'il ne se sauve"

En "attente d'elle"


De la dentelle...

Hors ligne Hermanoïde

  • Auteur(e)
  • Messages: 851
  • Auteur
Re : Le silence vert
« Réponse #9 le: 13 déc. 2017, 23h32 »
Merci, Tanagra, de m'avoir déterré, de m'avoir réveillé, et merci pour cette dentelle.
Je m'en frotte encore les yeux. ::)